Je suis l’esprit des abîmes – Nicolae Labiş

(1935-1956)
mort tragiquement à 21 ans, il n'a eu jamais
l'occasion de lire ses vers en volume,
sa gloire posthume culmine
avec ses dernières lignes :
*
L’oiseau au bec de rubis
S’est vengé, oui, il s’est vengé.
Je ne puis plus le caresser.
Il m’a écrasé,
L’oiseau au bec de rubis
Et demain
Les poussins de l’oiseau au bec de rubis,
Picorant dans la glaise,
Trouveront peut-être
Les traces du poète Nicolae Labiş
Qui restera une belle souvenance …

*

Je suis l’esprit des abîmes

Je suis l’esprit des abîmes,
Je vis dans un autre monde que vous,
Le monde des alcools forts,
La où seulement les feuilles
De la trompeuse impuissance sont flétries.
De temps en temps
Je monte dans votre monde
Dans des nuits rudement tranquilles et sereines,
Et là j’allume des grands feux
Et j’enfante des trésors
En vous éblouissant ceux qui me comprenez.
Puis je redescends par des grottes harassantes
Dans l’eau lumineuse, merveilleuse.
Je suis l’esprit des abîmes,
Je vis dans un autre monde que vous.

*

traduit du roumain par Cindrel Lupe

*

lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-2E

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Nicolae Labiş

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s