Interview – Florin MUGUR

(1934 – 1991)
poète et essayiste roumain de souche juive dont
l’existence fut partagée entre le bonheur d’écrire
et l’angoisse de l’inadaptabilité.
 
***
Interview
Et de la poésie qu’est-ce que tu en penses
me demande quelqu’un. Sais pas. Tu vois
je mange de moins en moins des griottes
je monte péniblement les escaliers – et pourtant
ce sont les mêmes. T’en fais pas, dit-il
tout ce que tu touches devient poésie.
Tu parles ! Elle l’était ainsi.
Et parce que tu me l’as rappelé, tiens c’est le
moment de ne plus toucher à rien –
*
je garde mes mains tremblantes en l’air
éloignées de moi
comme si elles auraient la maladie des enfants
et arrête de me dire
que l’air les embrasse –
personne ne les embrasse
*
ni même le beau diable
ne les embrasse plus
ni la mère du diable, la pauvre.
***

du volume Le portrait d’un inconnu
Cartea Românească, 1980
traduit du roumain par Tudor Miricã

*

lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-1K

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Florin Mugur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s