De la vie – Virgil Carianopol

Virgil Carianopol (1908-1984)

*

Le Bonheur frappa à mon entrée
Rentrant dans la cour il m’a appelé.
J’étais parti chez ma bien aimée.
Vite fermant la porte il s’est sauvé.

La Joie vint frapper aussi, toute chose.
Elle entra, s’assit sous le pommier
Ne trouva personne qui lui cause
Et repartit à son tour, pressée.

Tard le soir, en éclairant la rue
Mon Etoile – de tout en haut – frappa
Mais encore, j’errais un peu perdu,
Elle lissa sa jupe et s’en alla.

Alors, frappa à ma porte la Peine.
J’étais parti loin, aux alentours.
Elle s’étala sur le tapis de laine
Attendant placide mon retour.

1966
*

traduit du roumain par Cindrel Lupe

*

Lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-Y

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Virgil Carianopol

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s