Là bas – George Stanca

Là où il neige au pollen de lys aoûtés
Les neiges sont jaunes, comme cirées
L’hiver profond a des épines gelées
Le vent du nord souffle manigançant étés.
.
Les fleurs meurent, en étouffant le sol
La fragrance s’épanouit parmi les galaxies
Les planètes glaciers aiguisent leur parole
En polémisant éternellement aux lys .
.
Là où il neige au pollen de lys aoûtés
Le vent nourrit desseins d’amant déçu
Porter au monde poussières épinées
Et de tuer par jaunissement aigu.
*
Du volume Maxime Tendresse, 1981
traduit du roumain par Tudor Miricã

*

lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-1m

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans George Stanca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s