ARS – Daniel Turcea

CONNAISSANCE
 
vieux
rouleau
enroulé
 
aux signes comme les nuages écrit
est-il déjà !
et ne l’ouvre pas !
 
SI TRANSPARENTE
 
la Lumière d’un soleil magnétique
pareille à l’âme
est-ce que jamais ne vous est-il apparu
le monde si transparent ?
 
LE TEMPS OÙ NOUS PRÉPARONS LE THÉ
 
vaisseaux mènent
là où
aux arômes moelleuses disparaissent comme la rosée
les mondes
purement transparence. Le Feu
du Dehors créant une tourmente de murmures et de sphères
 
quand les fleurs de thé d’un vert-foncé l’on submerge
rien qu’un instant
que le départ d’une flèche
laissant chanter la corde
qu’un frère
arrêté de sa prière embrassa
depuis montagne la ville d’un regard
le temps qu’il faut à une larme
pour recueillir son sel
ou à la pétale
pour se détacher
et rien de plus
 
se clarifie
se couvre, se garde
dans les tasses de porcelaine, un temps
 
jusqu’à ce que, agenouillé, chacun oublie
le soi et comment le lac du poème
prend fin dans le ciel, les pensées commencent
blanches comme les nénuphars, comme eux
détachées
ni la vie et ni la mort; joie
sans limites, quelle merveille, tu dis
faire un geste
comme il s’ouvrirait
dans l’esprit
pétale après pétale, la fleur
de notre tristesse, en lumière, des anges
main lente, le col d’un cygne
tu offres le thé, si ardent le soir, un instant,
et puis à nouveau
pénétrant dans l’ombre
couleur de la lune
parmi les versets lentement
comme le cygne touchés
le chemin caché, comme en caressant
un visage d’ange caché
par la nuit
luth
 
LA COULPE
          I
 
aux âmes ténèbres amène
et l’aveu les sépare
et creuse un enfer
et en envenimant, le regard
change du monde la face
et étrangère
hostile devient la nature entière
 
tu vois
l’âme se réjouit de ne pas être
plus en dehors, qu’on ne voie pas
la place du renard
c’est alors que commence
entre l’homme et le soi-même le ciel entier
le retable de la nuit
le lointain, se marquant la figure
je nommai alors une fleur carnivore
la poésie
– une porte
éblouissante s’ouvrira –
 
le poème dépeindrait
la chenille
comment se cache-t-elle dans la duvetée heure
commente tisse-t-elle autour
geôle, chemise
aux larves des papillons
l’âme aurait voulu d’être une immense ombre
qu’apporte la vie partout où elle touche
car aveugle, je me réjouissais des choses
 
cassettes en cassettes
épidémies, mots
plage à sable clôturée
d’une épidémie le coeur eau
 
et toujours le lointain s’accroître
cerne sur la face du profond
 
II
 
toujours ne lui voyez pas sa figure hideuse
comment rit-elle
à chaque geste
acheté contre une part de l’âme
donne-le moi dit-elle, c’est peu, c’est rien
son âme c’est de l’air
araignée          
c’est un jeu se déroulant la nuit
comme les diamants sous la flamme de la lune
regarde le sable en échange
le lotus
comme un murmure
la bien aimée, là-bas au loin
et dans la pièce se trouvant
quand seul le rai d’une étoile transie, vous sépare
le noir, en racontant
 
y sont les yeux fanés
vêtements en fer
le temps, comme un balafre
et l’humain reste en arrière comme la peau d’un serpent
 
III

et l’Asie
et les montagnes flottantes
au silence du jardin
 
le samouraï, devant la mort
en se croyant un lotus
ô, l’instant
quand
il comprend
en même temps que le sang !
mais le masque qui transperce la chair
qui l’arrachera
dans la mer de froid ?
(ils regardaient
des versets
comme des paons ouverts dans le cri)
comme si la mort serait
un somme, un songe
nuage flottant sur les abîmes
un rêve voyageant
voyageant dans un rêve
 
quelle chose aisée
quel brin de chose
la sagesse, me disais, était au Museïon
dans un écrit caché, brulé
des géométries
les numéros
les étoiles, les araignées
le magicien, qui nous cacherait la montagne
aurait encore ce savoir de la métamorphose
la gloire des rois
dans des signes
de Ur, de Ninive
des solitaires
de la Ville du Soleil
en priant
les scarabées
 
c’est vrai
le désert s’accroît sur les villes
mais cherchez, déterrez les ruines
les chacals connaïssent probablement la réponse
ils furent naguerre des dieux, l’or
leur miroita la figure
le vénin des poèmes
et des lourdes draperies en pelouche. Le peu de lumière,
les effrois d’autour de la table, l’amphytrion
omniscient et pourtant
mon ami, mon frère, tu ne comprends toujours pas?
serait-il si mince, le tout ?
rien que des questions jetées comme les étoiles
devant la nuit ?
et l’orgueil de celui qui se perd ?
 
MUR

de celui qui a
de toi
de la parole
de la lumière
du regard
benoît or
de ta nourriture
plutôt manquante
ne tourne pas ton visage
en donnant à la lumière tu te ressembles
bâtir, à nouveau, par l’esprit de ta bouche
aux gens, des âmes
comme d’autres cieux
 
le minuit quand il veut
s’éparpiller
commencer
car plus affreux qu’un
cosmos noir
sera ton âme, couvert par la coulpe
et à l’endroit où nait la larme
étranger, là-bas, mystérieux, sa
douleur
te suivra comme l’ombre
sans savoir qu’un mur te sépare
de toi-même
le voué
et le monde n’est que cette occasion,
la seule de ne pas mourir
*
Traduit du roumain par Tudor Miricã
*
Lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-1z

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Daniel Turcea

3 réponses à “ARS – Daniel Turcea

  1. MAMIER

    un mare poet ,acest daniel,un tenebros,un rebel,un nascut si nu facut
    am avut sansa sa îl cunosc,un flirt adolescentin,când aparea la brasov însotit de prietenul si scriitorul florin mugur(nativ din codlea) ,acesta fiind îndragostit de prietena copilariei mele ,mariana ciresan(frumoasa liceului).
    ma pierdeam în ochi sai imensi,doua mure coapte,care-i dadeau un aer vesnic uimit
    ne citea versuri kilometrice dintr-un caiet scorojit si terfelit ,am trecut la 18 ani cu rapiditate de la clasici la moderni datorita acestor doi istetei studenti în arhitectura
    am reusit la facultate si ne-am mai revazut de câteva ori ,purtam tocuri înalte,daniel mi s-a marut mic,rezervat,misterios,încurcat de prezenta mea
    din când în când lasam timpul sa treaca …
    l-am revazut peste doi ani si nu l-am mai recunoscut:barbos ,hirsut ,cu plete ,aducea cu eminescu,dar la casa scriitorilor ,unde m-a prezentat cu generozitate începuse sa devina un boem ,un angoasat care alunga clipele de deprima în câteva pahare de alcool care îl transformau într-o papusa de cârpa care se auto-distrugea,o sinucidere lenta,într-o epoca insuportabila pentru un poet atât de sensibil ,atât de talentat,atât de devorat de o flacara interioara
    nichita stanescu si nu numai el l-a ajutat ,îi era ca un Frate…a plecat dintre noi ,s-a stins ca o lumânare imaculata …suflul cuvintelor sale nu s-a stins,le aud,le percep ca una din clipele hors du temps si de exceptie ale vietii mele
    angela nache mamier

  2. Bicheron

    PLUS PRESENT QUE VISIBLE LIBERE DE SA CHRYSALIDE DANIEL TURCEA DANSE AU PLUS VIF ET PROFOND DES AMES PHOENIX IMMORTELLES LIBEREES DE L’INHUMAINE DOULEUR DES TERRIENS; ARCHANGE DE LUMIERE, IL RECONFORTE INTEMPORELLEMENT POUR L’INFINI CEUX QUI L’,0

    • Bicheron

      Sisuite message interrompu (INTERNET = POSITIF + NEGATIF) : ‘L’ONT RECU EN EUX, MYSTERIEUSEMENT MAIS PAS PAR HASARD…’. Claudine Jeannie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s