je venais d’organiser une attaque subtile – Virgil Mazilescu

je venais d’organiser une attaque subtile
quand à ma porte frappa la bien-aimée
quand je lui ouvris avec la foncée
ma main droite
après quoi
j’ai continué mon jeu des échecs
justement je souriais justement je tordrais
en extase le cou de la reine
oh ma jeune pauvre pauvre reine
à peine murmura-t-elle la prière des pièces des échecs
laquelle parfois disent aussi les soldats de plomb
et vie torde-nous nos cous
bois chair tentation mène-nous amen

*

traduit du roumain par Tudor Miricã

lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-34

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Virgil Mazilescu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s