Le sanglier aux crocs argentés – Ştefan Augustin Doinaş

Un prince du Levant amoureux de la chasse
Suivait son chemin par la sombre forêt.
Peinant à couper dans les buis une trace
Siffla dans une flûte en os et disait :
– Ensemble chassons dans les bois sans relâche
le sanglier au crocs argentés, si hideux,
qui change toujours dans le trou qui le cache
sabot et fourrure et son œil vitreux …
 
– Bon Maître, disaient les servants de battue
celui de sanglier il ne vient point par là.
Vaut mieux de rabattre le cerf, qu’on le tue,
ou les renards rouges, même le lièvre ira …
Mais le prince passait souriant et volage
les teintes des arbres des ses yeux admirant,
laissant dans sa couche la biche si sage
et le lynx qui rit de ses yeux étincelants
Sous les hêtres il poussa légèrement les fougères :
– Voyez comme il laisse sa marque pour moi
le sanglier au crocs argentés, sans mystères,
allons le piquer à la flèche de bois !…
– Bon Maître, c’est l’eau qui clignote sous le bois,
disait le jeune page au regard insolent.
Mais lui rétorquait en tournant : – Oh, tais toi…
Et l’eau clignotait comme un croc en argent.
Sous les aulnes, il hâtait des battues dispersées :
– Voyez comme renifle et gratte les bruyères
le sanglier au crocs argentés, des contrées :
allons le frapper d’une flèche en fer !…
– Bon Maître, c’est l’herbe qui crisse sous les bois,
disait le jeune page hardi et souriant.
Mais lui rétorquait en tournant : – Oh, tais toi…
Et l’herbe luisait comme un croc en argent.
Sous les pins, il cria haranguant vers les cimes
– Voyez ou il trouve son repos et son lieu
le sanglier au crocs argentés, des abîmes :
allons le frapper d’une flèche de feu !…
 
– Bon Maître, c’est la lune luisant sur les bois,
disait le jeune page en riant, méprisant.
Mais lui rétorquait en tournant : – Oh, tais toi…
Et la lune brillait comme un croc en argent.
Mais hélas ! sous les pâles astres des nues
il était vers les vêpres sur la source penché,
quand l’immense sanglier, de ses crocs le tue
en le piétinant sauvage dans le rouge gravier.
– Quelle bête étrange me tue de mort lente
mettant fin à la chasse de mon sanglier ?
Quel oiseau funèbre dans la lune crie plainte ?
Quelle feuille flétrie ne cesse me chatouiller ?
– Bon Maître, le sanglier au crocs d’argent poli,
lui-même te tua, en grognant, sous les bois.
Ecoute, tes limiers aboient le hallali …
Mais le prince rétorqua en tournant : – Oh, tais toi…
Plutôt prends le cor et donne le holà
Et sonne jusqu’à ma mort, vers le ciel des dieux…
Alors sous les crêtes la lune se coucha
Et le cor sonna, sonna … mais si peu.
*
Traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-3E
Publicités

1 commentaire

Classé dans Ştefan Augustin Doinaş

Une réponse à “Le sanglier aux crocs argentés – Ştefan Augustin Doinaş

  1. Pingback: Workshop à Bata | Emmanuelle Lescouët

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s