Autour d’un guéridon délabré – Petre Stoica

Si tu restes aussi frêle que t’étais pendant la lune de miel
j’ouvre la revue grise déposée dans la brocante du bahut
et je t’achète le corset proposé avec des naïves incitations
dans la réclame publiée il y à presque neuf décennies déjà
ton corps entier connaîtra une fête sans fin
et toutes les femmes modernes de notre ville si gentille
seront avec envie au courant de mon cadeau acheté
dans la maison de mode des mites petites d’argent
puis nous partons sur une île déserte et juste au milieu
nous nous laissons filmés autour d’un guéridon délabré
toi en guise de Diane et moi aux moustaches reprises
au plus beau des mes trisaïeuls.
 
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe.
*
lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-5a
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Petre Stoica

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s