Noeud 23 – Nichita Stănescu

Je me suis volé mon corps d’enfant,
je l’ai emmailloté
et je l’ai mis dans un gabion, –
et je l’ai jeté dans le fleuve
qu’il aille et meure au delta.
 
Le misérable, le triste et le tragique pêcheur charitable
m’est venu avec lui dans ses bras
juste maintenant.
*
traduit du roumain par Tudor Miricã.
lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-52
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Nichita Stănescu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s