Décembre – George Bacovia

Regarde comme il neige, le décembre …
Dehors, mon amour, regarde vite –
Dis qu’on nous apporte des braises
Que j’entende le feu qui crépite.
 
Et pousse le fauteuil vers le poêle
En souche j’entendrai la tourmente
Peut-être mes jours – même chose –
Leur symphonie je voudrais apprendre.
 
Demande le thé qu’on l’apporte,
Et viens plus près sous la pelisse ;
Lis-moi quelque chose de polaire,
Qu’il neige … et qu’elle nous engloutisse.
 
Oh, qu’est-ce qu’il fait chaud dans ton antre
Et tout ce qui t’entoure, je l’admire ;
Regarde comme il neige, le décembre …
Ne ris pas … et finis de lire.
 
Il fait jour pourtant que c’est sombre …
Dis donc la veilleuse qu’on allume –
La neige est haute comme la clôture,
Sur la béquille y’a de la brume.
 
Ici je suis bien et j’y reste …
Déluge de neige, ça te fait rire,
Regarde comme il neige, le décembre …
Ne ris pas … et finis de lire.
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe.
lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-5s 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans George Bacovia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s