Levant (fragment) – Mircea Cărtărescu

Un des plus importants auteurs roumains contemporains
(né en 1956), il produisit au moins deux chef-d’oeuvres de
la littérature postmoderne : une en vers (l’épopée Levant)
et l’autre en prose (la trilogie Eblouissant).
(bref fragment, où nous assistons à une scène
comme issue du pinceau d’un Jérôme Bosch).

*

Du fond des bâches, des vilaines caches
Soudain on lâche des relents d’enfer
Fantasmes sortent en drues cohortes
Et les transportent en l’air.
Le ciel trépasse, s’agrippent carcasses
Aux chevaux cocasses, pourris eux-mêmes.
Les côtes leur cossent, leur traînent les bosses
Leurs crosses s’emmêlent aux selles.
Les frelons sortent en marge de la lune
Les étoiles portent comme des tisons.
Cercueils bafouillent dont les dépouilles
Alertes grouillent sous vil pavillon.
Glissent des bures plaintes de lémures,
Foetus en ordure se crêpent les chignons.
Fondent leurs suifs, s’embrasent les votifs,
Et luisent furtifs les crampons.
Futaies en hargnes couvrent les saignes,
Baves n’épargnent les loups garous.
Avec leurs babines lampent la débine
Sèchent les ravines les trolles menus.
Des roides mégères, vieillies usagères
De balais passagères s’enfoncent aux nues.
Éclatent des lueurs, des affreuses tumeurs
Répandent des puanteurs farfelues.
Ciel de pustules, monts de fistules
Bois de nodules est envahi.
Les fées immondes, tordues aux lombes
Tournent la ronde, à l’air ébahi.
Brusque une blême lune, une blême
Main, un blême crâne luisit.
Restent mandragores en répit, les heures
S’arrêtent, les leurres se sont remplis.
Une pétasse, une dégueulasse
Sur des échasses crie „Sabbat !”
Tirent ectoplasmes, s’efforcent les fantasmes
La montagne a des spasmes à la hâte.
Une trouble soute la montagne ouvre
Comme les putes qui sont en rut.
Souris aux anses, des taupes moites,
Hiboux rances surgissent à minute.
„Entrez” ! de braire aux ceux du vulgaire
Celle sorcière ; squelettes ricanants
Les entassent dedans, aux os les guidant
Les jettent vivants dans le labyrinthe.
*
traduit du roumain par Tudor Miricã.
lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-5A

Publicités

1 commentaire

Classé dans Mircea Cărtărescu

Une réponse à “Levant (fragment) – Mircea Cărtărescu

  1. Franck Charbonneau

    Me voilà rassuré, il s’agit bien d’une œuvre en vers, il ne me semblait pas avoir rêvé. L’éditeur français répertorie la traduction sous « récits et fictions », donc apparemment en prose (je me demande ce qu’en pense l’auteur, très critique envers ses précédents traducteurs français dans « Frumoasele străinele », sur des points qui me semblaient parfois discutables). Quoiqu’il en soit, félicitations et merci beaucoup pour cet échantillon… en vers, et gratuit. Si vous en avez l’occasion, n’hésitez pas à commenter la traduction, un peu chère pour moi (surtout si ce n’est pas en vers…).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s