Les femmes – Mircea Cărtărescu

 
„les femmes sont intéressantes
jusqu’aux 20 et au delà des 30
environ 5 avant et 5 après
quel gamin n’a pas envie, même quand il ignore à quoi
ressemble ce truc-là
une gonzesse de 30 ans ?
quel déplumé à 35-40 ne veut-il une espiègle ?
quand tu as une grosse tu veux une maigre, car les femmes sont intéressantes
un peu en dessous la silhouette et un peu au-dessus –
quand t’as eu une lascive, tu voudrais, j’sais pas comment,
une pudique, faire ça à la lumière éteinte… »
 
Doru et Dinu (que Dieu le pardonne)
chez Dinu, une nuit de griserie entre copains
à la cuisine, aux p’tits verres de cuba libre : les gars,
y’a rien de plus génial au monde que de niquer !
Quelle drogue est plus forte, quel poème secoue plus dur ?
 
« au fait, les femmes sont pareilles à nous
elles sont aussi curieuses que nous
tu sais, tu vois une dans la rue ou en tramway
et penses : mec, ça serait comment ?
elles pensent à la même chose.
Et comme l’on trouve des garçons timides comme des fillettes,
y’a aussi des filles qui t’ouvrent la braguette
dès qu’elles sont entrées chez toi.
 
Radu, au bistrot, une soirée froide
devant une bière encore plus froide :
« 24 ? tu parles ? Ben moi à 24
J’étais déjà ennuyé par les poules, j’en ai eues des tas…”
Et après, en jouant au briquet : „tiens, le secret c’est
qu’une môme ne s’attarde auprès de toi
que si elle a l’idée que tu la maîtrises,
en outre pourras-tu être grosse légume ou génie,
ça, ça me fait carrément gerber…”
 
„les femmes ne sont pas des humains
on peut pas faire bon ménage avec
mais ça tu ne le comprends qu’après les noces
et vise la colombe comme elle s’élance
comme elle tonitrue
quelle instruction te fait-elle…
il est vrai qu’alors
c’est plus la même chose
cinq ans passés, quand lui mets la main au cul
c’est comme si tu mettais sur le tien.”
 
m’sieu Nicky, au resto (moi et Traian
en l’écoutant les vodkas devant nous) :
„ça c’est pareil qu’avec les femmes : quand tu vois une dans la rue
son bas un peu tordu
te rends compte que la nana est abordable.
la perfection inhibe, chez les femmes
pareil pour les oeuvres d’art.”
et nous : excellent,
excellent, professeur !”
 
„les femmes splendides et les femmes laides,
elles sont ok.
mais, en échange, gare
à la fille commune, qui, en jeans et T-shirt,
tu la vois, ni laide, ni belle,
à la station du tramway.
elle est comme toi et t’attend.”
*
traduit du roumain par Tudor Miricã.
Lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-6C

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Mircea Cărtărescu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s