Stradivarius – Constant Tonegaru

Qui a enfoncé dans la nuit des clous brillants
pour y accrocher son habit de lumière ?
Sur le fleuve de la mort vers la source errent
maints violons avec des cols montants.
Bon matin dans tes cordes – Qui comprendra
qu’avec des vagues sous le bras on peut voyager ?
Quelle loi inconnue cueillera
le cordage léger ?
Ne vient – personne – ne s’en va
et en attendant le maître luthier
en ronds de tronc encore taillera
pour l’ouïe un membre tout neuf et frais.
Une chose comme l’antenne de fourmi ou de guêpe
à travers laquelle franc pénètre l’esprit,
cassée par le vent se fendra aux arêtes
pour que le jeune noyau se révèle et en ondes frémit.
Par le chant encore on la vit qui passe
par l’automne-été temps indéterminé
la grande – robuste – contrebasse
vers le lieu calme au repos voué.
Nous sommes des matelots, du monde amenés ici
une étoile tâchée de terres rares, mous,
pour que le joyau aux vieux foyers en souche, de chez nous,
fleurisse de toutes ses voiles, le navire délie.
*
Traduit du roumain par Cindrel Lupe.
Lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-9X

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Constant Tonegaru

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s