tu me restes où, mon ange… – Marina Nicolaev

et il me comptait les dernières pensées
amèrement collées au corps par une moitié
l’autre des parts sous la montagne gisait
et la haute cime j’oubliais de la porter
 
la plainte attisée en orbite creusait
juste le côté gauche resté dans les abîmes
Lui, sans visage, moi, sans âme,
est-ce qu’il me reverrait ?
 
il m’écoutait le bruissement enneigé
de l’aile par avance acérée
dans ma chair vive rentrée profond
par des côtes trop amplement dépeignées
 
proscrite je rêvais
la montagne façonnée comme un galet aveugle
duquel je partais en peinant
 
si accroupie dans le cocon trop sévère
tu me restes où, mon ange
combien de temps
nous dormiraient-ils sous terre ?
 
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe.
Lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-ah

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Marina Nicolaev

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s