Experiment devant le miroir – Marina Nicolaev

au-delà de la poésie se sont érigés
des quartiers pleins d’interjections marches funèbres
foyers d’ordures dans les rues abandonnés en plein jour
par la dystopie de cette solitude collective
 
chaque nuit on entend d’autres et d’autres contrées
en rejetant leurs gosses de fumée par métastases
de nuages tardifs
 
au-delà de l’illusion il n’y a plus de villes
mais d’ombres sans abri macérées par les craintes
les os des pendus aux mots incompréhensibles
des abréviations convulsives ressentiments
inutiles guerres
signes annonciateurs et mort
 
moi seulement je suis malade de nostalgie
elle transporte dans ma chair des linceuls amers
comme un blizzard retors entre veille et sommeil
 
chaque fois que j’ouvre ma fenêtre
l’air larmoie
des oiseaux.
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe.
Lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-aG

 
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Marina Nicolaev

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s