Jeu d’Amour (Moi-même…) – Cezar Ivănescu

moi-même avec des cordes bien tressées
et des bonnes chaînes ma vie j’ai attachée,
pareil que dans le temps au coeur des prés
les chevaux dans l’herbe verte en soirée,
 
aux aubes, lorsque le soleil s’élevait
les sabots des chevaux nous déliions,
dans la rosée du matin qui brillait
comme des anges timides nous priions !
 
des cordes en or, des chaînes en argent
ce jour profondément la chair me saignent,
par des blessures dorées je me mens souvent,
blessure en or, ô toi jeunesse mienne !
 
être encore jeune, et libre comme un cador,
quelle sainte main viendra me délier,
pour sortir de la prison de ce corps
angélique l’âme qui dès lors se mourait ?
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe.
Lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-aR

 
 
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Cezar Ivănescu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s