Archimède et le soldat – Radu Stanca

N’ose pas t’en prendre à ces cercles miens
Rusé soldat ! Et que ne te surprenne
Leur ressemblance avec ton arc guerrier.
Ce ne sont que des jeux et sans danger.
 
Ne regarde pas troublé, d’un œil mauvais.
Leur arrondi contient l’acte si sacré,
Qui accomplit le sein, la balle, la jarre
Et ça c’est un compas, et pas un dard …
 
C’est mieux de t’approcher avec pudeur,
Dans l’arrondi qu’ils tiennent y’a pas d’erreur.
Même si tu les vois tracés sur cette scorie
L’essence dedans est de la pure théorie.
 
Tu jettes une pierre dans le lac et ils émergent,
Comme une danse d’odalisque sur les berges,
En fumées molles lentement se dandinent,
Escargots et clams en spirales les dessinent.
 
Le cerf céleste les porte haut en cornes
Je suis son œil fidèle quand il s’endorme.
Dans leur figure le cosmos tout y est.
Regarde-les, être absurde, de tout près.
 
Tu tournes en vain tout autour de la porte.
Tant que ma question restera lettre morte,
Tant que je peine d’y trouver la solution
Je ne quitterai pas, sois certain, la prison.
 
Car sous les murailles, ou sous le ciel serein
Bien entouré par tous ces cercles miens
Si je dors sur du gravier ou des peaux de tigre
Tant que je les ai, mes cercles, je suis libre !
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe.
Lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-bd

 
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Radu Stanca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s