Les livres partirent de la demeure – Romulus Vulpescu

Les livres partirent de la demeure
en commençant l’ultime voyage
et le discret parfum des pages
dans une chaîne de pièces vides erre.
Au casier, une loque d’ouvrage
s’agrippe, de sortir n’obtempère ;
l’absence des livres elle m’atterre.
Les confrères qui veillent sur mon rêve
en empyrée sont transférés,
et à mon tour de constater
que mes écrits eussent la vie brève.
Mais j’espère, en trépas effilé,
qu’en poudre de livre je me changerai.
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe.
Lisez l’original en roumain :
 
http://wp.me/p1wz5y-b9
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Romulus Vulpescu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s