Examens à l’oral (20 ans après Ceausescu) – Angela Nache Mamier

La même gentille remarque multipliée par cent !
« Qu’est-ce que c’est, cet accent … ?
Aaaaah, vous êtes roumaine …
Là-bas tout le monde parle français
Dites-moi c’était aussi dur qu’on le disait ?
J’ai du mal à le croire …
Il ne pouvait pas être si affreux
Les mass médias exagèrent toujours, n’est-ce pas ? »
Ma réponse est déjà toute prête,
Trop longue,
Répétée des centaines de fois !
Oui, on l’a vécu, on a survécu
Imaginez-vous à notre place :
15 litres d’essence par mois,
Cinq enfants obligatoires pour une femme
Jusqu’à 45 ans, sans droit à l’avortement.
L’amour une corvée et comme résultat
Cent mille enfants sans parents ou abandonnés.
300 grammes de pain noir par jour et par tête,
Quatre fois dans l’année de la viande de porc,
Des rations de guerre offensantes
Un litre d’huile, un kilo de sucre et un de farine,
Dix œufs, une piètre motte de margarine par mois,
Parti Unique, pas de liberté d’expression
Des élections déjà faites pour la même clique,
Espionnés, les téléphones écoutés par des
Informateurs pleins de zèle,
Frontières fermées, le pays agonisant
A mauvais escient coupé du monde,
Des gens persécutés au moindre
Changement de conduite,
Punitions, peurs quotidiennes
Des tziganes condamnés à trois années de geôle
Pour un pain, un soupir,
L’ambulance n’arrivant plus pour les plus de 60 ans
Des villages effacés de la terre,
Des gens agglutinés dans des tours
Pendant que le Peuple d’esclaves, militaires,
Détenus,
Erigeait le Palais du Peuple
Pharaonique, on le voyait de l’espace
Comme la Muraille de Chine,
La porte de son bureau, en bois exotique
Mesurait cent mètres
Il vendait pour des dollars
A l’adoption, les enfants des filles-mères.
Le pétrole,
Les Juifs, les Allemands
On les vendait pour des devises
Qui remplissaient les comptes à l’étranger.
Il nous obligeait à serrer les ceintures
Trembler de froid,
Sans courant électrique pour favoriser l’industrie,
La presse asservie, une culture ridicule à l’emploi
Des mots, des portraits, des discours
du parfait dictateur crétin parano …
Je me remplis les poumons, prête à continuer,
Mais l’interlocuteur gêné donne des signes de fatigue
Il a nettement mieux compris pour cette fois
« C’est incroyable … inconcevable en France
Beaucoup mieux chez nous …
Vous avez vécu probablement un grand changement
Une fois arrivée en France ? »
Je baisse mon regard (comme si j’étais fautive) :
Oui, moi je l’ai eue cette chance,
C’est vrai,
Mais c’est une toute autre histoire …
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe.
Lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-bT

 
 
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Angela Nache-Mamier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s