Quelque part en dérive – Petre Stoica

Madame d’où venez vous hier encore
moi aussi j’étais en dérive vous avez des jambes
si belles ce sont les colonnes de l’enfer attachez-moi
à elles traînez-moi dans le feu vous êtes la sœur du lait le goudron
et vous avez un portrait généreux ne seriez-vous pas Ophélie
non cette pâle jouvencelle a été mangée par les écrevisses
vous avez du poivre sous la peau des seins aussi
et dix ongles-commandements attachez-moi aux jambes
les vôtres traînez-moi dans les allées de l’enfer sinon
je vous déchire le portrait j’ai dit
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe.
Lisez l’original en roumain :
 
http://wp.me/p1wz5y-bX
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Petre Stoica

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s