Vine vremea – Romulus Vulpescu

Pour prouver que la lecture de la poésie se fait avec
des yeux de l’âme parfois différents, nous vous offrons
nos deux variantes en traduction française, du même poème.
Cindrel Lupe / Tudor Mirică
Vient un temps
 
Vient un âge, vient un présage, vient un temps
Vient une somme, vient une voix, vient, nomme
Nomme le jour, nomme l’heure, nomme l’instant majeur,
Appelle, part, vient, est !
Vient la douane qui estime ma part d’honoraires,
Vient la douane et la geôle, pour mes mauvaises erres.
Vient le jour pour mettre en berne mon disque solaire
Vient le jour que je devienne brise, ciel et air clair.
Vient l’annonce qui me suggère de ne respirer guère,
Vient la rumeur qu’il fera frais sur l’itinéraire,
Vient l’instant qui fait si mal, écrit dans l’annuaire,
Vient l’instant d’offrir fortunes sans aucun pourboire.
Vient cet âge qui embrase le lit du cauchemar,
Vient cet âge de la rigueur et du sommeil sommaire
Vient l’instant pour que frissonne le mythe nécessaire,
Vient l’instant pour des agnelles dans l’herbe de choir.
Vient le temps que j’aille aux sources, encore les revoir,
Vient le temps que je fleurisse, et en fruits y croire.
Vient une somme, vient une voix, vient, nomme
Appelle, part, vient, est !
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe.
 
***
 
C’est un temps
 
C’est un âge, c’est un geste, c’est un temps
C’est un rappel, c’est une voix, arrive, appelle
Appelle le jour, appelle l’heure, appelle l’instant de l’heur
Appelle, part, arrive, l’est !
 
C’est le rappel de la valeur de ma tranche d’air,
C’est le rappel de l’élingueur, car je fus pillard.
C’est le jour du maquilleur pour mon disque solaire,
C’est le jour d’être meilleur, ciel et air clairs.
C’est l’annonce du bailleur que je paye mon aire,
C’est l’annonce de l’envoyeur pour l’itinéraire,
C’est l’heure de la douleur, lue dans son horaire,
C’est l’heure pour cet heur que je laisse repère.
C’est l’âge pour la torpeur d’une vie solitaire,
C’est l’âge de la rigueur, du repos sommaire.
C’est l’instant de la splendeur, mythe nécessaire,
C’est l’instant quand les fleurs sortent en lumière.
C’est le temps pour que d’ailleurs je retourne en haire,
C’est le temps du cueilleur, pour ces fruits amers.
 
C’est un rappel, c’est une voix, arrive, appelle
Appelle, part, arrive, l’est !
*
traduit du roumain par Tudor Mirică
***
lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-c6

***

 
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Romulus Vulpescu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s