L’Autodescription – Petru Romoşan

Il y a un temps j’étais le preux descripteur de la Fleur
de l’Eglantier, Rosa Canina, Rosalie,
 
je commençais à peine la décrire,
la maudite s’emparait de ma main, ma bouche, ma tête.
 
Vendredi dernier :
je décris un coq, le coq ne chante plus
il tourne en papier froissé, tombe sous la table ;
je décris un chien, le chien n’aboie plus, il glapit,
s’en va au diable.
 
Sur la table à écrire, rouge, blanc, vert, l’églantier.
Je le regarde avec envie, je le caresse follement.
Le magnanime descripteur recommence à décrire.
 
J’écris : la Fleur de l’Eglantier …
Les fleurs d’églantier – en cendres !
 
Ni joie, ni crainte, ma tête sur la table,
je décide l’autodescription.
*
Traduit du roumain par Cindrel Lupe.
Lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-cr

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Petru Romoşan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s