Un parterre de violettes – Petru Romoşan

Du côté de chez nous même la mort est
une comédie
La corde non plus n’est pas bonne pour se pendre
et la poison est confiture de mûres.
Petre, Petre, ce printemps n’est pas
une comédie.
 
Quand le désespoir le plus noir,
quand la douleur la plus profonde,
rien à faire, aucun sens,
à ce moment-là uniquement je me couvre la face :
un parterre de violettes, un pré bleu.
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe.
Lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-ch

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Petru Romoşan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s