Ars Poetica – Petre Stoica

Jette ton fusil dans l’herbe
qu’on ne te prenne pas pour un pacifiste
et délivre les lièvres en copinant avec les équarisseurs
descends sur les berges et coupe des brins d’osier
tricotes-en les mots du poème radical
pour un cœur à pompes de pierre
fatigué assieds-toi au repas de l’abondance
mange des miettes bois de l’eau gazeuse
rassasié et ivre viens de nuit à la fenêtre de ta bien aimée
et chante-lui la ballade de la tendre ère atomique
lève-toi à midi et cesse de te tondre
les corneilles chassées ont aussi besoin d’un nid
sois généreux jusqu’à la fin donne à tous
des mesures et des règles du jeu
et après une longue initiation en tisane de millepertuis
rapièce ton blouson rongé par les mites
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe.
Lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-e6

 
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Petre Stoica

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s