Du tir à l’arc – Matei Vişniec

Tire sur moi, je lui disais, tire sur moi
je suis là, sur le toit de la ville
 
il tirait et la flèche me frappait le pied
je la lui tendais en le priant : vise encore une fois
 
il tirait et me touchait l’épaule
j’arrachais la flèche de mon épaule
et lui courais après, lui disant : tu t’es trompé
essaie encore une fois
 
il me regardait suppliant, me voyait
furieux et hargneux, il tendait son arc
et visait mon oreille gauche
 
mensonge, je criais, un grand mensonge,
est-ce que personne ne peut viser mon cœur
ou mon front, bâtards !
 
je fonçais sur lui, j’attrapais sa poitrine de mes
paumes noires, j’hurlais dans son oreille :
bâtard, regarde-moi quand tu frappes
attrape puissamment la corde de l’arc
et vise mon cœur
 
il tirait sur moi d’une main tremblante
et la pointe acérée passait à côté
s’enfonçant dans le cœur de mon cheval
que j’aimais et qui
n’était coupable de rien
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe.
*
Lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-fH

 
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Matei Vişniec

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s