Une valse à Vienne – Mircea Florin Şandru

ce bel poème devrait être lu en valsant ...
 
Princesse de cire ce soir daigne venir
Une valse je voudrais à Vienne danser
Ton être en soupir le laisse me fournir
Archet de plaisir qui me fasse vibrer.
 
Sur Köningenstrasse, aux si vieilles paroisses
Voitures en coulée à Hofburg à l’entrée
Sous voiles en madras des belles jacassent
Dans la salle de bal du bourg suranné.
 
Ta main viens me tendre, ma main viens la prendre
Me sentir tamisé dans le sable oublié
En volutes de cendre voir s’allumer tendre
Sous les vieux bronzes, le sternum argenté.
 
Ensuite qu’elle y erre la voiture chimère
Et oublions que j’existe, tu existes
Qu’elle nous immerge dans les ondes des berges
Dans le si grand fleuve des mariés tristes.
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe .
*
Lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-g0

 
Publicités

1 commentaire

Classé dans Mircea Florin Şandru

Une réponse à “Une valse à Vienne – Mircea Florin Şandru

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s