Deux poésies de Ion Vinea

L’étoile du sommeil
 
Là dans l’abîme où l’oubli n’y est
et rien qu’en rêve tu pénètres
par du sommeil sans trêve abysse
tu m’attends en les larmes de jadis.
 
Pâle rencontre, seul instant de vivacité
à la traîne des larmes d’autrefois,
tu as marqué ta place pour l’éternité
là dans l’abîme, où l’oubli n’y est.
 
Ca fait longtemps depuis et tu es près, existes
près d’une limpide et muette source
que tu écluses avec la soif d’autrefois
des regards ravivant sous paupières tristes.
 
Fondue dans le frisson d’une attente,
t’es l’étoile du sommeil où mes eaux dorment
et ta veillée monte en moi une repentance.
Le jour est inutile, la nuit est toute lumière
là dans l’abîme, où l’oubli n’y est.
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe
*

 

Voluptas
 
Parmi de faux Tanagras et fleurs persiennes en fil
dormant en mers d’ambre et d’ombre, dans l’alcôve,
vers ton corps je me glisse, je nage vers une île
aux baies chaleureuses et aux lianes mauves.
 
Naufragé, j’ai soif à tout jamais de tes secrets,
en découvrant des angles de parfum quand je promène
sur tes contours abstraits mes mouvements concrets
en toi l’heure je flaire, que ton nimbe m’amène,
 
et le toucher, cet art étrange et subtil,
sur dépolies allées à serpenter j’adore,
conduisant ma bouche vers cette fleur immobile
qui luit entre les boucles, stigmate de phosphore.
*
traduit du roumain par Tudor Mirică
*
lisez les originaux en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-hE

 
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Ion Vinea

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s