Sur les bêtes à cornes – opinions de Lucian Blaga

Qu’entend l’unicorne
 
Par le monde des histoires
le bourdonnement des racontars.
 
Par le murmure des mers
les larmes des terres.
 
Par le monde des réalités
la chanson des frivolités.
 
Par le grondement du temps
la voix du néant.
 
Par la rumeur de l’éon
la plainte de l’histrion.
 
*
 
Le Cerf au Front Etoilé
 
Ne l’émeuvent pas les friches
connues avec des biches.
Le sentier et ses sillages,
l’étang, les ombrages
ne l’appellent. Ses sabots passent
les envies fracassent.
 
Quand il glisse par la brume
les aubes il hume,
pas celles tout près,
mais les éloignées.
 
Pointant ses oreilles
il entend les vieilles
tournées, hautes, d’obscures
feux et des murmures.
 
Et entend, sous les hautes,
les unes, les autres :
les ères, les sphères.
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-ja

 
 
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Lucian Blaga

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s