Le Soleil noir – Mircea Florin Şandru

Le soleil se brisait en fragments de lave acérée,
Ecrasé du vide, par les grandes forces contraires,
Il faisait tout noir, il faisait froid dans ta maisonnée,
Toutes les étoiles et planètes tombèrent dans la mer.
 
Commençaient à s’effriter les murs et les pierres,
Toutes les choses crissaient dans ton logement,
Le fer, le cuivre, l’argent devinrent poussière,
La matière restait tapie sur elle-même en hurlant.
 
Je ne t’apercevais plus dans l’obscurité gelée,
Même ton corps ne frissonnait plus près de l’entrée,
Nous mourrons ! nous mourrons ! j’ai crié
Et je te cherchais comme un aveugle dans la cendrée.
 
Mais soudain quelque chose de miraculeux arriva,
Sur ton bras gauche une torche tu as allumé,
Mon Dieu, femme, j’ai dit, Jésus Christ c’est toi
Et m’agenouillant, j’ai commencé à pleurer …
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
Lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-jt

 
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Mircea Florin Şandru

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s