Excès de fleurs – Alexandru Andriţoiu

Chantant je venais vers tes yeux rêveurs,
des grands bouquets au bras. T’avais sur table
des jardins et allées de maintes fleurs,
comme au Liban, l’épouse inévitable.
 
Des fleurs qui flottent sur l’eau, fleurs en flocons,
ou fleurs sauvages, sur des rochers sévères,
fleurs grasses qu’en doux climats s’y abandonnent
et fleurs qui poussent sous ciel de verre en serres.
 
Mais tu as ri de mon geste désuète
et de sienne vertueuse floraison,
t’as mis en doute la fougue d’un poète
éparpillant les fleurs dans la maison.
 
Alors je me suis vengé des fleurs. Je fais
leur ennemi juré. Je brûle par Romes
des roses, je traverse pour dévaster
des pleins hectares de flammes et d’arômes.
 
Sans tes jardins mes âges tu déambules,
pillant joli les dactyles du passé.
J’ai du sang sur les paumes, épines, ampoules,
car en chemin j’ai giflé tous les rosiers.
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
 
Lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-kd

 
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Alexandru Andriţoiu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s