Trop tard, à Paris – Adrian Păunescu

Trop tard je suis arrivé à Paris, et trop vieux,
je n’ai eu ni la chance, ni invites, ni courage,
là où j’suis, de rester je me sens désireux
et, de mes lourdes jambes, je traîne sur le pavage.
 
N’est pour moi rien qui tienne de l’enfer du présent,
dans des grottes, maintenant, moi si j’aurais une place,
en rivière, d’un galet je ferais mon lit content,
tout voyage à Paris à mon âge me harasse.
 
Sous pâquerettes gisent trois quarts de ma génération,
que vais-je foutre ici, sans personne de vous tous?
Invalides glorieux, je vous serais compagnon,
mais absurde m’appelle cette folie qui me pousse.
 
Trop tard je suis arrivé et trop vieux, à Paris,
les souvenirs effacés, la mémoire un grand vide,
j’aurais dû le goûter, quand il fût interdit,
de n’importe quelle place, je peine ôter mon bide.
 
Et je rêve de Brancusi, de Brancusi le plus fort,
ne serais-je en retard, suite à un pire souvenir,
je guetterais à ses fenêtres, dormirais à sa porte,
pour son œuvre, au moins tant qu’en pierre m’en offrir.
 
Condamné de n’être que Roumain, par mes aïeux,
bonne nuit à jamais, éternelle Ville-Lumière
trop tard je suis arrivé à Paris, et trop vieux,
barrons nous, je m’en vais, je ferai mes adieux,
c’est trop cher de mourir en contrée étrangère.
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe et Tudor Mirică
*
Lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-ka

 
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Adrian Păunescu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s