Oedipe devant le Sphinx – Lucian Blaga

 peinture de Jean-Auguste INGRES

*

J’écoute. Ta profondeur si-amère et démunie,
qu’elle doit être brûlante, doucement agissant.
Autour de toi, au large, s’éteint tout être qui vit,
sauf la pâture aux ossements ressurgissant.
 
J’attends ici avec une joie plutôt craintive,
que se déchire le long silence entre nous deux,
cruel, triste rompu comme une blouse chétive
dans un alcôve, sans la lumière et sans vœux.
 
Et stupéfait je vois comment parfois tes serres
en sortent et se rétractent en poches de velours,
comme les chats font, quand après proies ils errent.
 
Tu parles ? – Elle te fait mal aussi cette question ?
La mer te gêne encore l’instant d’un seul frisson,
mais l’aile tu la prépares pour en finir mes jours.
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
Lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-l4

 
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Lucian Blaga

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s