Quatrains pour la neige – Ion Minulescu

        Fiancée des géométriques sapins et des sillons ensemencés – solennité blanche, froide, fatale, muette et divine – t’arrives aux charmes de Madone sinon de Vierge byzantine – et pars aux gestes de bacchante, stigmatisée par les excès.
 
        Presque personne ne veut de toi, bien qu’ils espèrent  ton retour … – Et ta beauté bizarre, personne ne chante que après, – les amoureux d’images abstraites, parfaites et immaculées – les sages équarisseurs de taillis et les espiègles enfants autour.
 
        Puis quand descends quand même, suspecte, insinuante et égale – au champ, sur arbres, eaux, aux rues, aux toits et même sur nous – tu changes en fantaisies lunaires l’entière pâte toute en boue – et drapes Marie Madeleine avec un  péplum de vestale.
 
        Pendant que tous, également, pygmées et humbles nous sentons – ta force magique qui gèle, crée, détruit et brûle – seuls les corbeaux sacerdotaux t’insultent et maculent – à leurs étranges hiéroglyphes noires, ton blanc profond.
*
Traduit du roumain par Tudor Mirică
*
Lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-lk

 
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Ion Minulescu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s