Deux perles de George Topârceanu

 
Chiche que si ? …
 
Au faîte de la haie vers vignes,
Une poule aux plumes dignes
Et un coq éperonné
Haut perchés ils vont tchatcher :
– Bon bah, vise-moi, chère amie,
A quelle hauteur on y est !
 
Et soudain, et sans détour,
Ils commencèrent le raffut
Caquetant sous l’astre du jour
– Plus personne n’est comme nous !
 
Du haut d’un mirabellier,
Se cachant dans le treillis,
Tout petit et guilleret,
un mésange leur répondit:
 
– Chiche que si ?
Chiche que si ? …
*
 
L’aéroplane
 
Vers le coucher tout en braises
Aux vergers dans l’or trempées,
Passe un nuage seul, à l’aise
Blanc, grand comme un bovidé.
En le poursuivant facile,
Tout près même qu’il le rattrape,
Un moustique avec nœud pap’
Et des ailes immobiles.
Au coucher les braises s’étriquent.
Les collines sont assoupies.
Le nuage s’tait, mais le moustique
Remplit le silence de bruit …
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
Lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-mF
 
Publicités

1 commentaire

Classé dans George Topârceanu

Une réponse à “Deux perles de George Topârceanu

  1. alina

    ‘Chiche que si’ e o poezie frumoasa. Mi se pare putin fortata traducerea ‘Au faite de la haie vers vignes’, partea ‘Vers vignes’, eventual adauga un articol hotarat ‘les’. Sunt profesoara si traducatoare.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s