Archives mensuelles : décembre 2011

Aujourd’hui le Christ est né – tradition

Aujourd’hui le Christ est né
Messie, âme illuminée.
Sacrez-le, chantez-le
Vous réjouissez !
Petitou, enveloppé
Avec doux coton langé.
Sacrez-le, chantez-le
Vous réjouissez !
Tombe la neige, elle le protège,
Le vent bise, ne l’attise.
Sacrez-le, chantez-le
Vous réjouissez !
Et que pour l’éternité
Grâce de Dieu puisse perdurer !
Sacrez-le, chantez-le
Vous réjouissez !
*
Lisez l’original en roumain :
*
http://wp.me/p1wz5y-pt
*
Pour la vidéo de cette carole suivre le lien =
https://www.youtube.com/watch?v=sIwlzEp5ldw

2 Commentaires

Classé dans Diverses

Le Soir de Noël – George Coşbuc

Tombent lentement, flocons volant
En foyer brûle le feu,
Et nous, notre bonne mère entourant,
Oubliâmes notre jeu.
Depuis longtemps le lit attend,
Mais qui pourrait coucher ?
On suit maman, nous racontant
De sa voix douce et claire.
 
Comme Christ en froid et paille gisait
Dans une crèche de misère,
Et comme le bœuf sur lui soufflait,
Chaleur pour le chauffer,
Comme Lui offrirent un agneau beau
Les pastoureaux voisins
Et anges blancs chantaient au cieux,
Rameaux fleuris en mains.
 
Oyez ! Surgissent maintenant des chants
Bribes d’un cantique d’accueil,
Qui viennent plus près, s’arrêtent en champ,
On l’entend sur le seuil –
Nous attendons les yeux rivés
Nos souffles en retenant
Les anges du ciel sont arrivés
Et Le Seigneur régnant !
 
Ils chantent glorifiant, serein
Des chansons de louange,
Ensuite amèrement ils plaignent
Judas la foi en fange,
D’épines, soldats, et qu’il est mort …
Mais le tombeau s’ouvrait à l’air
Et Lui maintenant le ciel le porte
De là-haut il juge la terre.
 
Avant qu’ils ne se taisent, nous,
N’en sortions aucun son –
Pauvret, mais chaud et cher nous fût
Noël dans la maison.
Et enfin quand nous terrassait
Le sommeil bienfaiteur,
En rêve, des fleurs blanches on voyait
Et-en langes, petit, Le Seigneur.
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
Lisez l’original en roumain :
http://wp.me/s1wz5y-1571

Poster un commentaire

Classé dans Diverses

Chanson de Noël – anonyme

 
Comme chaque année, arrivent des gais
Chanteurs, pour le soir de Noël,
Le gel est fort, la route enneigée,
Mais la coutume est telle.
 
Je chante en chœur avec les vieux,
Ce chant sacré et bel.
Il était « Père » même pour eux,
L’ancêtre Père Noël.
 
C’est bien la fête et les jeux,
Ton bonheur est réel.
Mais il y a des foyers sans feu
Et demain c’est Noël.
 
Là je te laisse, sois bien portant,
Et, par Noël, heureux.
Mais, n’oublie pas, si t’es content,
Roumain, sois généreux !
*
Lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-pf

Poster un commentaire

Classé dans Diverses

Tiens, le Père Noël Arrive – Otilia Cazimir

 
Par les congères, en soirée
Sont partis vers le patelin
Le vieux Père et un lapin
Au p’tit traîneau attelé.
 
Toutes le routes sont fermées,
La nuit vient, le gel prend vite …
Avec les oreilles dressées
Le lapin se précipite.
 
Vise une hutte,  juste en bas,
Les fenêtres sont éclairées.
Le Père s’en ouvre une voie,
A la porte il va frapper :
 
– Bonne soirée, bonne soirée !
En traîneau ch’uis arrivé
Avec des cadeaux tout frais.
De bon cœur me recevez ?
 
– De bon cœur, très contents,
Crient des voix d’enfants gais
Père, dites-nous, d’où vous venez ?
– Ben, je viens depuis les temps
La huppe pleine de jouets !
 
… Froid et bleu, le ciel est maître
Les enfants, par la fenêtre,
Se poussent pour regarder,
Par les congères sans fin,
Le vieux Père et un lapin
Au p’tit traîneau attelé.
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
Lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-p3

Poster un commentaire

Classé dans Otilia Cazimir

Rafraîchis, hôtesse, ton gîte – George Ţărnea

 
Rafraîchis, hôtesse, ton gîte,
sors le vin, pose la table vite,
dans la neige fais un sentier
à l’entrée garde la lumière,
car nous arrivons bientôt,
la route ne fût pas du repos,
par bourrasque, gadoue, misère,
jour entier, nuit entière,
gel d’hiver nous pénétrait
mais enfin on est arrivés,
te chanter des cantiques gais,
la Naissance t’en annoncer
pour ta joie, ton être serein,
pour l’abondance du jardin,
pour des brebis dans les prés,
pour la foi et le soleil gai,
pour de la chance au marché,
pour les enfants au foyer.
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
Lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-oZ

Poster un commentaire

Classé dans George Ţărnea

Lettre au Père Noël – G. Păsculescu-Orlea

 
Père Noël,
Durant tant d’années passées
Tu as lu dans mes pensées.
Et, pour la nuit de Noël,
Tu m’envoies ton ange fidèle.
Tu m’as fait plein de cadeaux
Lorsque je faisais dodo !…
Voilà, c’que j’te prie de faire :
Change un peu d’itinéraire
Et, de ta hotte incroyable,
Fais-en une part charitable
A tous les enfants des pauvres.
Et fais-leur encore une joie :
Fais que leur malheur s’en va !
Mets-leur sur la table du pain,
De la joie dans leur chemin …
Puis je te prie ardûment,
Rappelle-toi de moi souvent :
S’il te reste quelque jouet,
Tu pourrais me l’apporter …
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
Lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-oV

Poster un commentaire

Classé dans Diverses

Noël des Enfants – Octavian Goga

 
Chers enfants de ce pays
Vous vous étonnez qu’il ose
Père Noël d’en haut des cieux
En détail savoir toutes choses…
Tiens, j’vous dirai comme il fait …
Nuit d’hiver, même enneigée,
Il envoie quelque ange futé
A vos fenêtres, vous épier …
Les anges regardent dans la chambre,
Voient et disent – et le Père tient
Juste là-haut, dans sa demeure
Sur ses genoux, un gros bouquin …
D’une plume en argent il marque
Quel enfant et quelles manières
Et de là il sait, le Père,
Très malin – depuis des ères …
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
Lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-oR

1 commentaire

Classé dans Octavian Goga

Cantique de Noël – Radu Gyr

Noël est venu ici aussi
En notre exil nous réjouit.
Tombe la neige sereine
Dessus la vie mienne.
L’âme est ensevelie.
Tombe la neige sereine
Dessus la vie mienne.
Qui s’éteint ici.
 
Bleues étoiles grelottent
Sur mes larmes chaudes.
Dieu qui est en hauteurs
A mis dans nos cœurs
Que des larmes pesantes.
Dieu qui est en hauteurs
A mis dans nos cœurs
Etoiles clignotantes …
 
Seulement ma morose demeure
Sous le frimas devient pierre.
Dans une obscure voile,
Pour nous pas d’étoile,
Ou ciel mirifique.
Pour les ratatinés
Les anges pressés
Ne portent pas cantiques.
 
Oh Jésus empereur,
Absous péchés, erreurs.
Viens fermer doucement
Les plaies saignant,
Ouvre rêves enfermés.
Nous t’attendrons là,
Car dessus Ta croix
Sommes ici cloutés.
 
Mère de Dieu si Belle
Porte une bonne nouvelle,
Que au seuil fleurisse
Ton sourire complice
Comme le soleil bon.
Ton sourire d’accueil
L’attendons au seuil
Nous, dans la prison.
 
Sur les bonheurs du passé,
Tends, Jésus, ta pitié.
Tous ceux des prisons
Dès l’aube t’attendront,
Leur poitrine soupire.
Tous ceux des prisons
Dès l’aube t’attendront,
Leur porter lumière.
*
 
traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
Lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-oM

Poster un commentaire

Classé dans Radu Gyr

Cantique – Zorica Laţcu

 
Lerui-ler, Mon Dieu,
Du haut de Tes Cieux,
Notre Dame blute,
Des flocons ajoute,
Que personne ne voit
Ses traces sur la voie,
Qu’on ne puisse connaître
Quel fils elle va naître.
Lerui-ler, Mon Dieu,
Du haut de Tes Cieux,
Arrive, tel un cierge
La Très Sainte Vierge ;
Mais par où elle passe
Vite la trace s’efface,
Pour que le mystère
Reste sur la Terre.
 
Lerui-ler, Mon Dieu,
Du haut de Tes Cieux,
Vois comme elle préfère,
L’Immaculée Mère,
Un simple étable,
Aux pailles sur le sable,
Qu’on ne puisse connaître
Quel fils elle va naître.
Lerui-ler, Mon Dieu,
Du haut de tes Cieux,
La lune s’éparpille
En rayons elle brille,
La lumière d’albâtre
De la crèche d’accroître,
Les éclats superbes
Les anges les observent,
Du haut de Tes Cieux.
Lerui-ler, Mon Dieu !…
*
traduit du roumain par Tudor Mirică
*
Lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-oH

Poster un commentaire

Classé dans Zorica Laţcu

Le cantique du dépaysé – Adrian Păunescu

 
N’importe où serais et où iras,
Que tes péchés soient graves ou véniels
Et au salut tu crois ou ne crois pas,
Le plus mal tu l’es la veille de Noël.
 
Lorsqu’entre eux se retrouvent les étrangers
Et les chandelles allument dans leurs sapins,
Soudain tu sens ton âme saccagée,
De ton pays as un envie soudain.
 
Achète une chanson au bon marché
Et tu l’auras depuis comme étalon,
La garderas toujours à ton côté
Un Immigrant and very tragic song.
 
Il bat, le vent, bat de chez toi d’abord,
Souffle tes plaies au sel et à l’absinthe,
Il bat le vent et te renferme dehors,
Où ta famille sera depuis absente.
 
Voilà, le Jour de l’An rappelle ta maison
De ce qu’elle a de bon ou même point,
Son souvenir te fait perdre raison
Sans le tracas de te soûler avant.
 
Tu peux avoir même deux ou trois amantes
Le sais très bien, nous sommes tous pareils,
Mais une seule patrie en toi dormante
Émigrant dépareillé quand tu t’réveilles.
 
Tu vas mourir ici sans qu’on t’entende
Mais peux rêver aux choses agréables,
Que tu te fais la barbe et pars content
Là où les tiens t’attendent autour d’une table.
 
Il bat un vent rempli d’émoi alors
Et t’as à l’improviste un mal au coeur
Il bat le vent et te renferme dehors,
Où tu ne peux faire part de ta candeur.
 
C’est pas grande chose en cela, tu le sens,
Les autres se réjouissent des plats plus riches,
Mais un sentiment s’avère vif pourtant,
Que le chez toi est seul qui n’est postiche.
 
Car de leur peu les tiens ont l’habitude
Sur eux un petit bonheur d’en apporter,
Se divertir en paix et quiétude
De rire ensemble et de se griser.
 
N’importe où seras, n’importe qui,
Paraît que les souffrances te voûtèrent,
La seule chose qui te reste comme appui
C’est de tourner ta face contre la terre
 
Et de pleurer pendant que tous en fête
De par leurs rires te lancent un défi,
Et de pleurer ta grande souffrance muette
Et de pleurer le manque de ton pays.
 
*
traduit du roumain par Tudor Miricã
*
Lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-ow

Poster un commentaire

Classé dans Adrian Păunescu