Le Soir de Noël – George Coşbuc

Tombent lentement, flocons volant
En foyer brûle le feu,
Et nous, notre bonne mère entourant,
Oubliâmes notre jeu.
Depuis longtemps le lit attend,
Mais qui pourrait coucher ?
On suit maman, nous racontant
De sa voix douce et claire.
 
Comme Christ en froid et paille gisait
Dans une crèche de misère,
Et comme le bœuf sur lui soufflait,
Chaleur pour le chauffer,
Comme Lui offrirent un agneau beau
Les pastoureaux voisins
Et anges blancs chantaient au cieux,
Rameaux fleuris en mains.
 
Oyez ! Surgissent maintenant des chants
Bribes d’un cantique d’accueil,
Qui viennent plus près, s’arrêtent en champ,
On l’entend sur le seuil –
Nous attendons les yeux rivés
Nos souffles en retenant
Les anges du ciel sont arrivés
Et Le Seigneur régnant !
 
Ils chantent glorifiant, serein
Des chansons de louange,
Ensuite amèrement ils plaignent
Judas la foi en fange,
D’épines, soldats, et qu’il est mort …
Mais le tombeau s’ouvrait à l’air
Et Lui maintenant le ciel le porte
De là-haut il juge la terre.
 
Avant qu’ils ne se taisent, nous,
N’en sortions aucun son –
Pauvret, mais chaud et cher nous fût
Noël dans la maison.
Et enfin quand nous terrassait
Le sommeil bienfaiteur,
En rêve, des fleurs blanches on voyait
Et-en langes, petit, Le Seigneur.
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
Lisez l’original en roumain :
http://wp.me/s1wz5y-1571
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Diverses

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s