Poésies (2) – Emil Brumaru

 
 
Ne pas oublier que je suis poète
 
A tout poète je conseille
D’être oisif, tout bleu et pur
Qu’il mange que du miel d’abeilles
Qu’il boive flacons de soupe d’azur.
 
Et qu’il se gave de boulettes,
Avec des croupions de poule.
Le poète doit en faire trempette
Chaque journée, les pieds dans l’huile.
 
Les mains trempés dans du pur lait,
La face dans du bouillon de vigne.
Lui pour toujours il doit coucher
Sur paille son être longiligne.
 
Qu’il n’écrive pas, qu’il ne lise pas,
Seulement poète il sera,
Plein de beignets sur la coiffure
Et une amie petite nature
Les seins la taille d’une garde-robes
Et puis les cuisses comme l’Europe !
 
*
Description détaillée de la position culinaire
 
Ma mie, aujourd’hui on fait des gâteaux
A quatre feuilles. Premièrement le lit
Ensuite le drap, tout propre et poli.
Troisième toi-même, belle comme un tableau.
Le quatrième moi-même, le proscrit
Car aujourd’hui encore on fait des gâteaux !
 
*
L’ultime élégie
 
Il fut un temps quand je vous partageais
Mon humble opinion sur la rosée
 
Je portais même, fondue en fraises, en blason
Mon humble opinion des papillons,
 
Des fois vous effrayait oh tant qu’elle puisse
Mon humble opinion des fleurs de lys
 
Et semble même encore en ville flottant
Mon humble opinion sur le couchant …
 
*
Traduit du roumain par Cindrel Lupe
Lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-sA
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Emil Brumaru

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s