A des moulins à vent – Ion Pillat

 
Ô, corniches aux noirs ailes sur blanc disque de la lune,
Qui encore se rappellent, même tellement vieilles étant,
Ce Don Quixotte en guerre contre les moulins à vent
Aux vêpres entr’aperçues au chemin de Pampelune !
 
Les martinets construisent sous les voliges anciennes
Début printemps, des nids tout en pailles et en terreau,
Et chaque automne qui vient en creusera un tombeau
En roche, ou dans la glaise, dans le sable de la dune.
 
Même si la mort vous guette, année après année
Gardez encore, d’un noble de Castille, la fierté ;
Et votre bras, me semble qu’il porte une fine épée …
 
Figées, je réalise : vous guettez en mêlée
Qu’il vienne, dans la brillance d’un harnais résonnant
Hidalgo de la Mancha et son rêve délirant.
 
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
Lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-ts
 
Publicités

1 commentaire

Classé dans Ion Pillat

Une réponse à “A des moulins à vent – Ion Pillat

  1. Adriana Iosub Caras

    Excelent. Felicitari.
    Adriana

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s