Promenade un jour d’été – Stefan Baciu

*
Les sapins nains au blanc matin soufflaient l’air pur
Et les hautes herbes, presque te cachaient
T’étais perdue en rosée et verdure,
En parlant aux montagnes, qui avouaient.
*
Ton pas menu et vif fermé dans une sandale,
Ton mot brûlant les lèvres et ton geste attendu.
Je sieds sur un rond de pin dans la silence totale
Qui monte en mi-journée – cet autel inconnu.
*
Quand les jours passent vite vers l’automne sans entrain
Je voudrais qu’on partage un vignoble ou un train
A regarder le nuages qui suivent leur train-train.
*
Et nous n’aurons qu’un livre, les vers de Jammes, sereins
Lisons encor ce jour, comme hier on lisait bien,
Grand-mère nous enverra le goûter, un panier plein.
*
Les strophes que je te chante sont, seulement, de doux rêves,
Mais moi, pour cet automne qui le verger innonde
Et pour toi, douce amie depuis toujours, j’enlève
Comme à l’église, mon chapeau, vers le beau ciel du monde.
***
traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
lisez l’original en roumain =
http://wp.me/p1wz5y-vt
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Ştefan Baciu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s