Le Printemps – Virgil Carianopol


Sortant du rêve d’une nuit sans lumières
Qui les tenait loin de toute beauté
Retournent les vergers chez eux aux terres
En robes fleuries jusqu’aux souliers

C’est le printemps, c’est le printemps qui erre!
Sur chaque sillon et bord des champs en fête
Et les anciens sortent leurs doigts de la terre
En perce-neige, en lys, en violettes

On sent partout l’arôme du champ frais
Une fois de plus le soleil lance du feu
Ecoutent de l’alouette le chant altier
Puis sortent les graines la tête vers le bon Dieu

Le jour parsème des moineaux qui palabrent
Dans les forêts les coucous viennent hanter
Les cous des oiseaux croisent des sabres
Et haussent leur voix pour mieux les aiguiser
*
traduit du roumain – Cindrel Lupe
*
Lisez l’original en roumain =

http://wp.me/p1wz5y-wZ

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Virgil Carianopol

2 réponses à “Le Printemps – Virgil Carianopol

  1. Vale Domsa

    clar, Euterpe va sta de-a dreapta, felicitari pentru traducere, asa mai citim si noi poezie in franceza si ne mai testam cunostintele 🙂 Felicitari

    • Multumesc pentru vizita si, desigur, pentru incurajàri… Bucuria noastra vine din cunoasterea liricii romanesti de câti mai multi cititori, si din confirmari frumoase, cà nu ne e munca in zadar.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s