Trois poésies – Gellu Naum

LA CROÛTE

La ville avait une seule maison
la maison avait une seule pièce
la pièce avait une seule cloison
la cloison avait une seule horloge
l’horloge avait une seule aiguille
pendant tout ce temps les enfants
grandissaient et posaient une seule question
pendant que les adultes confus et superbes
diminuaient diminuaient en souriant

*
LES DEBUTS

C’étaient les mous débuts du cercle, les jardins justifiés.
Quelques chevaliers fatigués secouaient leurs têtes en signe de bienvenue.
La chose telle une bruyère rafraichissait nos épaules.
Dehors, un enfant gigantesque, au septième ciel de la patience, nous souriait depuis sa fenêtre.
On entendait ses parents tonnant, l’envoyant se coucher, en bas, dans un creux du ciel.
C’est là qu’il devait dormir, calcifier ses os, sur une dépouille de louve.

*
RUBAN DE MÖBIUS

Ma main gauche et mon œil droit
mon gant gauche et ma bottine droite
ma lampe droite et mon cheval gauche
ma pomme gauche et ma voix droite
ma veste droite et mon oreille gauche
mon chapeau gauche et mon oreille droite
ma clé droite et mon tapis gauche
etc. etc.

*
Traduit du roumain per Cindrel Lupe.
*
Lisez l’original en roumain = http://wp.me/p1wz5y-xE

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Gellu Naum

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s