Allégorie – Mircea Ivặnescu

et pourtant je me souviens – une fois comme ce matin
je fus dans une ville inconnue jusque lors – me promener
dans une rue, en quelconque banlieue, lieu de cœur ramené
d’une cachette, comme un chat effrayé – et là dans le crachin

d’hiver aux brumes incertaines, je me tenais debout
à une table haute, et je fis mes comptes intimes. (elle
en ce moment n’existait pas en tant que telle).
dehors dans le grésil, mauvais et partout,

une connue depuis toujours, stérilité. Je me disais,
je ne dépasserai plus jamais ce lieu-là,
aux tables hautes, aux gens inconnus, qui même pas

ne me prennent en compte – et vraiment, je devrais
constater plus tard que cela pourrait être vérité.
Elle-même, tout en étant ici, semble ne pas exister.

*
Traduit du roumain par Cindrel Lupe.
*
Lisez l’original en roumain = http://wp.me/p1wz5y-xI

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Mircea Ivănescu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s