Le Paradis – Ioanid Romanescu

quand les poètes existent c’est une merveille
les poètes ne naissent pas sont déjà nés
les poètes ne dorment pas seulement ils rêvent
et des poètes on n’en a jamais assez

les poètes n’ont ni religions ni dieux
les poètes n’attendent jamais sur le parvis
les poètes n’écorchent pas la liberté
ils sont les plus angéliques des insoumis

les poètes n’ont pas de familles mais d’égéries
les poètes par exemple ils sont tous
ceux qui laissent le monde entier aux autres
les poètes s’écoulent toujours durant la nuit

les poètes ont une manière pas croyable
les poètes jamais rien ne les entoure
c’est une honte de vaincre les poètes
un sacrilège de leur donner une seconde nature

les poètes ne savent même pas ce que
en veut dire être immortel ou mortel
– leur vie dure le temps d’une chemise –
les poètes ont un paradis à eux tous seuls
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
Lisez l’original en roumain :

https://versionroumaine.wordpress.com/2017/04/04/paradisul-ioanid-romanescu

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Ioanid Romanescu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s