Archives de Catégorie: Cezar Ivănescu

Jeu d’Amour (Moi-même…) – Cezar Ivănescu

moi-même avec des cordes bien tressées
et des bonnes chaînes ma vie j’ai attachée,
pareil que dans le temps au coeur des prés
les chevaux dans l’herbe verte en soirée,
 
aux aubes, lorsque le soleil s’élevait
les sabots des chevaux nous déliions,
dans la rosée du matin qui brillait
comme des anges timides nous priions !
 
des cordes en or, des chaînes en argent
ce jour profondément la chair me saignent,
par des blessures dorées je me mens souvent,
blessure en or, ô toi jeunesse mienne !
 
être encore jeune, et libre comme un cador,
quelle sainte main viendra me délier,
pour sortir de la prison de ce corps
angélique l’âme qui dès lors se mourait ?
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe.
Lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-aR

 
 

Poster un commentaire

Classé dans Cezar Ivănescu

Souvenir du Paradis – Cezar Ivănescu

Quand j’étais plus jeune
et immaculé
Une nuit, ma fleur aimée,
je t’ai rêvée.
Tu fleurissais sans pêché
dans un arbre sain et vrai
Quand j’étais plus jeune
et immaculé.
 
Que t’es femme, moi homme, je ne le savais
Près de toi timide je me suis couché
Et dormant moi j’ai rêvé, toi rêvant
tu as pleuré
Quand j’étais plus jeune
et immaculé.
 
Est perdue pour toujours cette nuit
désormais !
Notre chair, si tu retiens
son bouquet
Les fruits qu’en fruits seront,
le goût de ta chair auront
Et demain, tous pourris, tomberont
en sentier.
 
Fais-le être, mon Dieu Sacré
rien qu’un homme
Celui qui nous à tenté de la pomme
Et quand le pommier fleurira,
que sa chair lourde chutera,
Ainsi que ma main, des cordes
tombera …
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe.
Lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-aw

*
 

Poster un commentaire

Classé dans Cezar Ivănescu