Archives de Catégorie: Daniela Caurea

les poésies XVI et XX – Daniela Caurea

poésie XVI
 
Le serpent fantastique est la plus
difficile question dont nous tourmente
la pierre ; la réponse étant unique
en ayant le droit une seule fois,
il contourne la langue à épines et le front
aux pluies de fourmis, la seule chance
étant celle de vivre comme un arbre
accompli, ses écailles montant en solitude.
La réponse t’accablera un
bon matin et tu le clameras
d’une forte voix, comme en cas de noyade.
Il s’en dévoueront certains pour te tendre
un bras dénudé et leur surprise,
mais il sera trop tard,
tu pourras voir clairement,
le perfide serpent qui monte
sur les ongles de Juliette, vers le balcon,
et le monstre glissant de la
cité vers la gent de Laocoon.
 *
poésie XX
 
Don Quichotte, à cheval sur une seule
feuille, traverse la saison,
prêtant serment de ne plus se partager
avec aucune femme, se flagelle le soir
avec du jasmin et du fer radouci
au gingembre, guérissant dans des fûts
au lait ses superbes jambes de verre.
Les écrevisses lui montent sur les ongles,
en sang, lui il prête serment
encore de chasteté au nid
le sien avec des pailles serties en larmes
d’insomnie. Courtisanes repentantes
viennent nettoyer l’air et le vent
de tout brin d’aile, qui pourrait
briser ses poumons, lui éclairant
l’ouïe et la marche de non fleurie
leur nudité et traversant
les plaines avec trop de verdure
sereine, chantant ses poèmes à lui
ce poète androgyne.
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
lisez l’original en roumain :

http://wp.me/p1wz5y-ik

 

Poster un commentaire

Classé dans Daniela Caurea