Archives de Catégorie: George Almosnino

moments quotidiens – George Almosnino

autoportrait
 
dieu qui suis-je
un mangeur de saucisses
un grand silence dans une grande bêtise
je tresse la corde dont je me pendrai
et me sors la langue
d’un filet de clémentines
*
ramasse les miettes maman
 
quelqu’un est près de la porte
maman
ramasse les miettes sur la table
cache mes bateaux en papier
dans le panier à linge
mets la vase à fleurs sur la table de chevet
les lunettes pose-les sur l’album de famille
prépare un sourire sur ton visage
dis-lui que tu viens à peine d’accoucher de moi
je dors
quelqu’un est près de la porte
*
 
je voudrais lui dire au petit prince
 
là où ici partout
je suis une chèvre mes sabots tapent
sur la terre bleue et chaude
durant la nuit entière je cherche mon cabri
il est parti hier au matin
son odorat recherchait la trace d’une rose
sa vue broutait une voyelle
dans un miroir occulté
parmi beaucoup d’autres panneaux de voirie
j’ouvrais la bouche en blanc
je tapais sur mes dents en silence
m’agaçait le nuage
qui tombait sur mon front
*
 
échange
 
mes nuits sont devenues
des coquillages fatigués de l’eau
 
tu peux te prosterner au lointain
d’un zéro de craie
ou d’un moule
dans lequel on coule
toutes les âmes
 
je connais un jeu paisible
avec des enfants endormis
près de bouches de canon
je connais un jeu ancien
où l’on échange seulement les mainsquelqu’un m’offre une pierre
exigeant en échange mon bras droit
*

traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
Lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-pM

Poster un commentaire

Classé dans George Almosnino