Archives de Catégorie: George Filip

Deux états d’âme – George Filip

Le bonheur
 
Quand j’ai dû partir dans le grand monde
Et traîner à bout de bras mon sort
Le bonheur resta au pas de porte,
Le bonheur n’a pas de passeport.
 
Car c’est ça le pays de cocagne,
Où les douaniers fouillent même tes veines
Qu’il ne sorte du Pays en cachette
Pas la moindre goutte d’essence humaine.
 
Seulement la passion s’enfuit en moi
Et la malédiction d’être poète,
C’est pour ça que je parcours la foule
Farfouillant leurs âmes – en indiscrète.
 
… Braves gens, où est-ce que le bonheur se trouve ?
Pourquoi un si lourd chagrin je porte ?
Le bonheur resta au pas de porte,
Le bonheur n’a pas de passeport.
*
L’oubli
 
l’ombre descend depuis le corps de l’Homme
et se fait pour moi sous les pieds – paillasson
tu lui marches – lui craches – dessus tu la râpes
pour le mal et la peine elle me pardonne
je la regarde telle qu’elle gît dessous moi
et parfois je réalise – rarement –
que l’ombre muette me porte sur le dos
comme me coltinaient jadis papa et maman
je veux lui payer à boire – au bistrot
qu’on se rince – en potes – le gosier
mais l’ombre fidèle jamais ne bouge
sous la table attend – comme un lévrier
alors j’y pensai près d’elle d’en descendre
mais quelque part – en terre elle se sauva
nous submergèrent les fleurs et l’oubli tendre:
au dessus de nous une brise passa.
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
Lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-nD
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans George Filip