Archives de Catégorie: Vladimir Streinu

Moment cynégétique – Vladimir Streinu

 
J’ai décroché du mur une vieille carabine pour
Être gardien d’automne dans les forêts derniers;
J’empaillerai une peau au mur ou au grenier
Pour me venger d’un seule bête avec amour
Entier-jaunissement qu’on pourra percevoir,
Porté en toisons de bêtes rousses bizarres.
A peine je pointai les fers par les feuillées
Qu’une éclatante et rousse ruée – dans les bruyères;
Par vaux et par vallons, mais d’où, on ne sait guère
Harde de renards en feu, des droites ou biaisées,
Véloce – comme le tabac, devrai-je dire je guette
Une race plus menue de martre ou belette
S’ensuivant en vagues des coulées de glaise.
Contraint dans la cohue des êtres en amadou,
Je vis comment le soir cacher leur trace voulut;
Et là, en me sortant d’une saison trop souffreteuse,
Gardant près de la main un sac bourré de plombs,
Les yeux hagards d’automne dans cet obscur profond,
Et du fusil j’ai lâche dans les hauteurs, ardentes
Un Orion et sept-huit Pondeuses et leurs infantes.
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe.
*
Lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-wi

Poster un commentaire

Classé dans Vladimir Streinu