Archives de Catégorie: Diverses

Buffalo Bill – Radu Stanca

Ce soir la malle-poste traversera les gorges
Nous allons la surprendre au lieu déjà connu,
Tel au temps ou les haches sortaient tout droit des forges
Et on tirait le mousquet, comme dans l’ère révolue.

Ce jour on ne touchera pas la malle de fric remplie,
Ni aux fines soieries, crèmes ou colifichets,
On touchera pas la bourse comme une balle dodue
On fouillera pas les poches cachées en lieu secret.

On ne s’enfoncera pas dans des sacs d’or qui débordent
Nous défierons la harde des pingres voyageurs
De toute manière, nous n’allons pas, roulant des cordes,
Couvrir nos yeux de masques, amis loyaux et chers.

Pas pour toucher la blonde errante dans les broussailles
Qui tremble et qui fourre ses perles entre les seins,
Pas pour choper aux filles l’anneau de fiançailles
Tournerons-nous féroces les pétards dans nos mains.

On s’en fout de la bourse de l’usurier rapace
Qui claque des dents sur le banc, pris d’un frisson mauvais,
Ni le panier aux poules, même pas le coq qui croasse
En battant des ailes, près du chariot retourné.

Ce soir, amis, la poste amène une autre chose
Plus noble et précieuse qu’on pourrait en penser
Voyant une voyageuse mince svelte, toute rose
Ou plein de sacs en jute, d’argent et or bondés.

Ce soir la malle-poste ramène une personne idéelle,
Un voyageur de marque comme je ne saurais dire,
Ramène le temps – le seigneur que aucune gabelle
N’a jamais réussi à le faire revenir.

Boyard avec des haras et gîtes éphémères
Où des chevaux de race tirent les années bleutées,
Négociant de liqueurs, si doux, tantôt amères
Un pingre qui ne se laisse tenter par des beautés.

Plus riche qu’on peut comprendre et plein qu’il en déborde,
Sous la veste on devine la bourse remplie, dodue,
Des bagues qui clignotent sur ses doigts font concorde
Et le revers du veston porte une étoile tordue.

En or massif, une chaîne traverse sa bedaine
Avec une montre ronde qu’il consulte, empressé,
Regardant distraitement et avec l’allure mondaine
Si, un instant – des siècles – en rabe serait resté.

Quand il s’endort bercé par les vagues de ronde
De la carrosse portée par les grisés bardots,
Il ronfle et écrase comme le fait tout le monde
Dodelinant sa tête comme tout autre ballot.

Il n’est du tout étrange et a une bonne figure,
Ce qui ne fait pas croire le grippe-sou qu’il est,
Personne ne le garde, il erre dans la nature,
Il voyage tout seul et toujours épuisé.

N’ayez aucune crainte, la lutte sera aisée
Et lorsque dans nos trappes enfin nous en tiendrons
Son éternelle toile, cette-fois-ci cassée,
De tous brigands du monde nous, les plus riches serons.

Si on s’empare de lui et de son trésor si rare,
Nous sommes vernis, les mecs, au-delà de nos pensées,
Et si, ce soir, de cette personne on s’empare
Nous aurons fait un coup qu’on pourra nous envier.
*

Traduit du roumain par Cindrel Lupe

Lisez l’original en roumain =

https://versionroumaine.wordpress.com/2017/12/30/buffalo-bill-radu-stanca-1920-1962

 

Publicités

1 commentaire

Classé dans Diverses

T’avais les cheveux longs jusqu’au nadir – Emil Brumaru

T’avais les cheveux longs jusqu’au nadir
Tu pendais depuis là jusqu’en terre
Je pensais caresser ton corps de lumière
Tes seins timidement les quérir
Aux cuisses fermées me prosterner
Les toucher ravi de leur blancheur
Par la fleur du lys de la vallée
En m’agenouillant les enlacer
Puis comme un papillon périr
Porté par le vent sinon par l’heure
T’avais les cheveux longs jusqu’au nadir
Tu y pendais depuis jusqu’en terre…

Traduit du roumain – Cindrel Lupe
*
lisez l’original en roumain =

https://versionroumaine.wordpress.com/2017/07/03/aveai-parul-lung-pana-la-cer-emil-brumaru

Poster un commentaire

Classé dans Diverses

Publicité – Alexandru Muşina

J’ai la flemme de dormir. Bien que je sois fatigué.
Je me reveillerai dans un siècle, un millénaire… Mes
Coussinets seraient, certes, changés.
Et la peinture. Mais la Mécanique stupide
Ira toujours, la même, dans l’éternité :
Amour, pitié, haine, crime, suicide…
‘Mais avant de naître, j’ai payé
Pour une autre destination !’ L’ai-je manquée ? Il sepeut.
Ou tout n’était que Pub, pour ces
Types qui s’ennuient en Pureté cristalline :
“Un monde où s’mélangent Choses et Idées,
Où tous portent une armure taillée,
En chair, os, sang, peau, gélatine.
Aventures ! Exotisme ! Offre limitée.”

*
Traduit du roumain par Tudor Miricà
*
Lisez l’original en roumain =

http://wp.me/p1wz5y-xv

Poster un commentaire

Classé dans Diverses

Bonne Année 2015 !

Au mois d’avril, notre blog de « Poésie roumaine » aura 4 ans d’existence.
En attendant l’anniversaire, nous souhaitons une belle et prospère Nouvelle Année à tous nos lecteurs, qui ont eu la patience, peut-être le plaisir et la joie de nous lire
Pour un blog de poésie, un total de 24090 entrées dans ces quatre années d’existence représente pour nous un contentement et un encouragement. De même pour les commentaires laissées en témoignage par ceux qui nous ont visité.
Nous vous attendons encore vous tous, mais aussi vos amis amateurs de poésie.
Bonne Nouvelle Année, en vous remerciant !

Tudor Miricặ et Cindrel Lupe

Poster un commentaire

Classé dans Diverses

Florilège poétique – du site LITERNET

Nous remercions les Auteurs et le rédacteur Razvan Penescu
pour leur accord de traduction et publication sur nos sites !
 
Daniel-Silvian Petre
 
Peut-être le paradis
 
Peut-être que le paradis est un endroit
ou les gens naissent déjà vieux
Peut-être que le paradis est un endroit
aux arbres toujours effeuillés
aux ordures non ramassées
depuis trois semaines
Un endroit ou les fleurs sentent l’humain
 
Peut-être que le Bon Dieu est un homme
entre deux âges
Il sort sur le balcon
le dimanche
vêtu en pyjama
Il fume des cigarettes effritées
Il hurle à Ses marmots
beaux
comme des anges
de mettre la musique moins fort
 
Peut-être que le paradis est dans ma rue
 *
Anca Mizumschi
 
La fin du voyage
 
La mer finit brusquement
Sans que la terre commence jamais. Un déchirant
glissement du bois sur bois,
de l’os sur l’os,
du jour sur d’autres jours posé
et nos corps
liés entre eux avec du fil de fer attendaient
parce que la mer avait pris fin
et que la terre n’allait jamais commencer
 
 
Le Pantocrator
 
J’ai envie de toi comme j’ai envie de Dieu rentré
chez Soi, plongé dans Ses pensées sans pouvoir
me quitter
du regard, j’ai envie du souvenir de la terre bruissant sous tes pieds
chaque fois que tu tirais la couverture
de ton côté, j’ai envie de l’odeur, des ongles s’empourprant
mouillées de sueur, de la chevelure barbouillée sous
ton poids, j’ai envie de tout ce ciel gravé
tout en rond du nom d’un seul homme,
ciel pris entre nous et le drap au bord
du lit
*
Radu-Ilarion Munteanu
 
Ne me quitte pas !
(découpé par Lia Dumbravă dans un texte prosaïque)
 
Tu t’es insinuée dans mon univers
venant d’un espace dont j’aurai parié
qu’il était vide.
 
Après un bref interlude
où l’aiguille de la balance caressait,
indifférente,
la proximité du point zéro,
il m’est devenu évident
que tu étais la seule femme vraie
d’un pays de fictions.
Fussent-elles séduisantes,
significatives,
quelques-unes stimulantes,
même synergiques,
d’autres sereines,
quelques-unes sécantes,
quelques-unes stériles,
pour n’en parler des snobes, séniles et saxonnes,
une ou deux – syntoniques pour un bref moment,
aucune séraphique,
toutes, en fin de compte, saxifrages.
 
Tu es la seule qui sois restée.
Mon éclatant blindage d’idées
ne vaut
même pas un poil récemment arraché d’une queue de chien.
Il faut que je boive la coupe de l’humilité jusqu’au fond.
Je ne suis pas prêt pour que tu me quittes.
Je ne supporte pas encore que tu me quittes.
Même si toute chose a sa fin, pas maintenant, pas n’importe comment.
 
Et si je ne peux pas te persuader,
j’aurai vécu, même abstrus,
une romance ironique,
marquée par le parfum précieux
de plusieurs séparations que dans la plupart
des histoires dont je fus le spectateur.
 
Que ta volonté soit faite.
Ne me quitte pas !
*
Cristian Nanculescu
 
Les symptômes du bonheur
 
Plus grand même si peu importe
Plus bavard ? Non, mais plus sensé
Plus maigre ? Non, mais plus léger
Plus remis ? Non, mais infatigable
Plus propre ? Oui, mais pas sur le corps
Plus riche ? Oui, très
Plus aigre ? Non, mais plus savoureux
Plus sain ? Non, mais sans maladies
Plus sagace ? Non, mais ça se voit
Plus sot ? Rarement, mais alors le plus sot
Plus courageux ? Oui, et sans peur
Plus modeste ? Non, au contraire
Plus libre ? Non, plus conscient
Plus beau ? Non, mais plus attrayant
Plus doux ? Non, mais plus savoureux
Plus puissant ? Non, mais plus fort
Plus résolu ? Non, mais plus précis
Plus triste ? Non, mais plus profond
Plus joyeux ? Oui, même sans eux
Plus fou ? Non, mais pas en vain
Plus jeune ? Non, mais plus présent
Plus généreux ? Ça oui, vraiment
Plus salé ? Non, mais plus savoureux
Plus intelligent ? Non, mais plus spontané
Plus conscient ? Non, mais plus attentif
Plus sensible ? Oui, mais modérément
Plus humain ? Bien plus naturel
Plus naturel ? Oui, et cultivé
Plus tranquille ? Bien plus tranquille
Plus créatif ? Oui, et inspiré
Plus spirituel ? Non, mais plus grand
Plus grand même si peu importe
Plus
*
Robert Şerban
 
Qu’est-ce qui reste de la vie
 
les gens sont convaincus
que dans les poésies il ne se passe rien du tout
qu’elles ne devraient être lues
qu’après la mort
quand il vaut mieux de ne plus avoir envie
des idées
 
les gens n’ouvrent pas de livres minces
mais s’ils le font
constatent tout de suite qu’à l’intérieur il y a
peu de mots sur la ligne
peu de mots sur la page
le reste
du blanc, beaucoup de blanc
et les referment vite
 
sans que personne le leur dise
les gens savent quand même que
la poésie est ce qui reste de la vie
après l’avoir vécue
*
Traduit du roumain par Tudor Mirică
*
Lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-qO

Poster un commentaire

Classé dans Diverses

la première traduction …

 
 
… publiée sur notre site a déjà un an d’âge …
d’un mois à l’autre, nos amis et lecteurs nous ont aidés, pour faire (un peu) mieux ce qu’on avait commencé
l’anniversaire d’une année depuis le début est l’occasion de vous remercier tous, pour votre fidélité et soutien ! sans aucune hiérarchie, merci aux amis :
 
Bernard Réa pour la suggestion faite (juste à temps), d’ouvrir un site parallèle avec les originaux en roumain,
Angela Mamier-Nache pour tous les contacts qu’elle nous a permis en Roumanie et à travers le monde, pour son effort de nous faire connaître
Rodica Marcu pour les suggestions poétiques pertinentes et l’attention de nous signaler avec patience nos fautes d’orthographe et plus encore …
Carmen Pompey, pour tout … notamment pour l’idée de nous rapprocher, modestement et fortement, des yeux d’un mentor – maître de la traduction – le poète Romulus Vulpescu
Radu Florin Vasilescu, Alexandru Sincu, pour l’attention avec laquelle ils nous ont suivis, lus et soutenus
 
Marina Nicolaev, Ioana Geacăr, Adrian Erbiceanu, Daniel Drugea, George Paşa, Adrian Munteanu, Liviu Ofileanu, et à tous nos lecteurs, ceux qui ont fait connaître à leur tour nos sites parallèles et grâce à qui nous avons réussi dans l’année la publication de 285 articles, avec 8948 visites sur le site de traductions en français et 7045 visites sur le site en langue roumaine.
 
Merci de rester avec nous, à lire les dernières traductions de Virgil Carianopol, Anghel Dumbrăveanu, Aurel Sibiceanu, Nicolae Ţaţomir …

mais aussi, de visiter nos récents sites de poésie classique roumaine,
 
http://lyriqueclassiquero.wordpress.com/
 
http://poezieclasica.wordpress.com/
 
et le site où vous trouverez les essais de voyages de Tudor
http://atelier.liternet.ro/articol/11718/Tudor-Mirica/Balcanii-I.html
 
A bientôt, en toute amitié,
Cindrel Lupe, Tudor Mirică.

1 commentaire

Classé dans Diverses

Aujourd’hui le Christ est né – tradition

Aujourd’hui le Christ est né
Messie, âme illuminée.
Sacrez-le, chantez-le
Vous réjouissez !
Petitou, enveloppé
Avec doux coton langé.
Sacrez-le, chantez-le
Vous réjouissez !
Tombe la neige, elle le protège,
Le vent bise, ne l’attise.
Sacrez-le, chantez-le
Vous réjouissez !
Et que pour l’éternité
Grâce de Dieu puisse perdurer !
Sacrez-le, chantez-le
Vous réjouissez !
*
Lisez l’original en roumain :
*
http://wp.me/p1wz5y-pt
*
Pour la vidéo de cette carole suivre le lien =
https://www.youtube.com/watch?v=sIwlzEp5ldw

2 Commentaires

Classé dans Diverses