Archives mensuelles : novembre 2011

Clinique jaune – Dan Galbina

 
 
"Le Pré de Poduri" - du peintre roumain Stefan LUCHIAN
 
Septembre
comme une abeille d’or avec des lourds ailerons
septembre
comme un renard furtif sur les collines sur les vallons
septembre
comme un chevalet avec des traces de doigts mouillées dans du cinabre
septembre
s’éteignent lentement les couleurs comme dans un candélabre.
C’est l’automne
retournent en terre les pactoles
les tziganes dévorent leur violes
dans les arbres il semble que des troupeaux frémissaient
sur les routes il y a éboulement de monnaies.
Septembre
comme une clinique jaune où on attend des pluies à outrance
septembre
comme une clinique jaune où l’au-delà commence
septembre
comme une maternité des gestantes feuilles
septembre
tu es sûr que le paradis est tout près
et cela sur les lèvres tu le recueilles.
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
Lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-n0
 

Poster un commentaire

Classé dans Dan Galbina

Ballade du pope de Rudeni – George Topârceanu

 
 
dessin de Cindrel Lupe
 
Depuis la foire du village
Raccourcissant son chemin,
Dodeline sur son cheval sage,
Le pope Florea de Rudeni.
 
Et dans le paysage riche
Haut sur cimes, bas dans l’orée
L’hiver pâlot s’en affiche
Ses inventions de fumée.
 
Sommeil coulant dans l’essence,
Le gel saint d’Epiphanie
A caillé plein d’argent mince
Sur la neige et dans ses plis
Et, liant en glace les gouttes,
La brume qui va s’y ensuivre
Au pope lui tisse la moumoute
Avec des longs fils de givre.
 
Le ciel gris comme le granite,
Le forêt – en sommeil penche.
Ne résonne que la marmite */
Qui pendouille sur sa hanche.
 
Frappe le Gris d’un pied transi
Voie d’hiver, sans trop penser,
Il traverse lent, réfléchi
Les glissances dans le sentier.
Dans le silence qui perdure,
Comme au fond d’une rêverie,
Le pope parfois en murmure
Dodelinant sur son cheval gris …
En passant secoue des gaines,
Joyaux froids et mensongers,
Effrite des blanches voûtes qui traînent
Sous des portails argentés.
Près des sillons des traîneaux
Aux berges prêtes à s’écrouler,
Il voit des traces d’animaux
Sur la neige pure étoilées.
Puis sur la cime d’un rocher,
Etourdi par le paysage,
Il serre brusque les étriers
Ouït, figé sur son Gris sage.
 
Pas un soupir … pas un brin …
Seulement en ce gris profond
Arrive le bruit du tocsin
Sur la forêt monotone …
 
En oreilles longuement résonne …
Avec soin il va extraire
Un dodu ancien flacon
De la besace derrière.
 
Et comme il tâte la bibine,
D’une allure héroïque,
Le pope en reçoit soudaine
Une grandeur symbolique.
 
Là, en vallée, où la route
Traverse clairières et mares,
En peupliers reste la fumée
De l’auberge de Vadul-Mare.
 
Le cheval, sent la mangeoire
Et y trotte en hennissant, –
Car la bête est coutumière
Du plaisir de l’homme saint …
 
L’hôtelière sort en seuil, vite,
Se réjouissant du blé.
Ses yeux louchent vers la marmite */ :
– Froid, mon Père ?
– Brrr, ch’uis gelé !
*
 
*/ Coutume dans l’église chrétienne orientale : après avoir béni – à domicile- les gens ou leurs biens, le pope recevait l’obole de ses fidèles (en petite monnaie métallique) dans un tronc mobile … une « marmite » ou petit seau à anse, remplie à moitié d’eau bénite, dans laquelle se trouvait aussi un goupillon, en brins de basilic parfumé.
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
Lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-mQ

Poster un commentaire

Classé dans George Topârceanu

Deux perles de George Topârceanu

 
Chiche que si ? …
 
Au faîte de la haie vers vignes,
Une poule aux plumes dignes
Et un coq éperonné
Haut perchés ils vont tchatcher :
– Bon bah, vise-moi, chère amie,
A quelle hauteur on y est !
 
Et soudain, et sans détour,
Ils commencèrent le raffut
Caquetant sous l’astre du jour
– Plus personne n’est comme nous !
 
Du haut d’un mirabellier,
Se cachant dans le treillis,
Tout petit et guilleret,
un mésange leur répondit:
 
– Chiche que si ?
Chiche que si ? …
*
 
L’aéroplane
 
Vers le coucher tout en braises
Aux vergers dans l’or trempées,
Passe un nuage seul, à l’aise
Blanc, grand comme un bovidé.
En le poursuivant facile,
Tout près même qu’il le rattrape,
Un moustique avec nœud pap’
Et des ailes immobiles.
Au coucher les braises s’étriquent.
Les collines sont assoupies.
Le nuage s’tait, mais le moustique
Remplit le silence de bruit …
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
Lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-mF
 

1 commentaire

Classé dans George Topârceanu

La Cène – Interprétations poétiques (2)

 

tableau du peintre français Bernard Buffet
 *
Nichita Stănescu

 

La maison aux murs vagabonds
à ses chambres imbriquées voyageant sans halte.
Sous des plumes d’oiseaux, tous les plafonds
traversent la mer, vers Malte.
Salon à une table colosse
aux chaises, écailles de serpent sans limite.
Je suis assis en tête, aux noces,
un pied me sortait dehors de ce mythe.
Oh, et dessus quelle pluie de têtes, torrentielle,
têtes de camus, de vieillards, de barbus,
pluie de nuit, sur le plancher immatériel,
pluie grondante, sans fin et sans but.
Donne-moi ta main, ma fiancée effarée,
et fuyons, fuyons ensemble.
Bientôt pleuvra aux corps, et plongée,
nous couvrira cette voûte qui tremble.
Il pleuvra aux corps décapités.
Fuyons, fuyons, sans faire les adieux,
de la maison aux murs sans cesse remués
où notre Cène eût lieu…
*

 

Mircea Dinescu

 

Sous la couenne de ma mère caché
enfant de bétaillère
j’attends l’ange de la mort avec laisse et muselière,
qu’il me change en bloc de sel léché par les brebis,
en bol d’eau tiède, de lave-linge,
passez-moi l’échelle que je monte en singe
ou donnez-moi de la corde fine
m’insinuer chez le Saint Esprit en cuisine
voir comment il prépare ses victuailles
aux ouailles,
comment partage au couperet sacré
mon corps aux vêpres mariné.
*

 

Petrea Ştefan
 
depuis quand Dieu m’a descendu
en poésie
mes ossements tous ont fondu en viande
je suis un mollusque qui se nourrit
de métaphore
de ma métaphore mais de plus en plus souvent
des métaphores des autres
mes yeux innombrables
regardent la danse sur le fil lyrique
de ceux qui complètent,
ne serait-ce que d’une miette,
le pain dont Jésus rompit
pour en donner aux poètes
*
traduit du roumain par Tudor Mirică et Cindrel Lupe
*
lisez l’original en roumain:
http://wp.me/p1wz5y-my
 

Poster un commentaire

Classé dans Diverses

La Cène – Interprétations poétiques (1)

Tous les poèmes qui suivent ont le même titre :
« La Cène » - par conséquent on a mis seulement
le nom de l’auteur et sa vision des faits …
Vasile Moldovan
 
Le Conseil secret …
autour d’une table vide,
muets, les apprentis
 
L’heure de la Cène …
Désert des silences
Toujours ardents
 
Soupe refroidie.
Augmentant le sel,
une larme
 
Après festin …
on voit sur la nappe
le sel de la larme
 
Trente deniers …
prix d’une corde
toute neuve
 
A l’heure du secret
les poissons partageant
les argents de la Lune
*
 
Carmen Sylva  – Elisabeth Pauline Ottilie Luise zu Wied
Reine Elisabeth de Roumanie
 
Ont dit le Christ : «Il me vendra
L’un de vous », – et amèrement
Les a pénétrés alors la peine
Les apprentis, tous frissonnants
Ils demandent :
« Dieu, c’est moi ? »
Même Jean cet inflexible,
Aussi Pierre, rempli de craintes,
Et autour tous et encore
 
Tremblants ils essaient de dire :
« Dieu, c’est moi ? »
Que puis-je dire alors moi, humble,
Moi avec mon cœur si faible,
Quand les forts de la croyance,
Tremblants, à Christ ils demandent :
« Dieu, c’est moi ? »
*
 
Erna Maura Herteliu
 
Prenez, mangez et buvez
Ceci est Mon corps
Tourmenté
Dans les Gethsémani de la soumission totale
C’est Mon sang
Ruisselant de la miséricorde
Sur les autels du monde
Et sur les coeurs
Nonsacrés, froids et factieux
Prenez… mangez et buvez
Mais pas comme si vous
M’auriez déchiré en miettes
Mangez de Mon corps
Aux consciences nettes
Lisez attentivement
En mâchonnant le profond
Et si à la pleine mie de la Compassion
Vous arrêtez-vous
Et les larmes ne vous suffissent,
Des verres jusqu’au fond sirotez
La source de votre guérison,
Du ciel la rémission.
Prenez, mangez et buvez
D’une manière digne de Moi
En éloignant de vous
Désobéissance et haine
Et tant d’autres étrangères émois.
Le pain s’amasse
Jusqu’à sa dernière bribe
Pas un iota de la Parole
Aucun fragment de la Loi
Qu’il ne reste
Agacé entre les dents
Rejeté, égaré –
De l’obéissance aux saints
À ne pas envier
Et jusqu’à la dernière redoute.
Et le verre se boit de son plein
Soyez à jamais les Miens
Et Moi en vous,
AMEN !
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe et Tudor Mirică
*
lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-mg

Poster un commentaire

Classé dans Diverses

Deux poèmes – Horia Zilieru

Saintchrêmonction
 
entre profane et sacre porté à main
Emerge de par les bords de la cité
en la seconde lourde bâtisse marqué
Vestiges d’un épisode ancien
 
Sans David le psalmiste.  en nuitées
Au nord de la paupière basses-runes réitère
L’agave de l’aurore de poussière :
L’accoutrement surréaliste d’emblée.
 
Sous les pas sourds le volcan étouffé
Délivre sa opaque repentance
« Lié aux cieux c’est moi le profané »
 
la haute béquille encore les concilie
Le moult-resté en arrière lever
Et le trop-près – en s’avançant – coucher.
*
 
Axios! Dignus est!
 
Délie-moi valachie qui me fus vouée
Par cette tour Babel archaïque tyran
Chamane extraterrestre / pour moi crâne.
Corbeaux hérétiques secouent leur livrée
 
Et sur les clochers dans une étrange danse
De ma serre j’écris en hittite des versets
Perdis-je la bonne samaritaine enrouée
Tel mont qui porte uranium en sa panse
 
Les tremblements et l’inspirée lave :
Moldave boréale / agrandissement.
Et dans la flamme de l’angle une pierre esclave
 
En contournant de loin la loi espère
Par des tournures d’ascèse éphémère
Des corps un méta / recommencement.
*
traduit du roumain par Cindrel Lupe
*
Lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-m8
 

Poster un commentaire

Classé dans Horia Zilieru

Moments intimes dans la demeure de – Marin Sorescu

Envol
 
Un sentiment plénier
De plus en plus dénié :
Quand je sors sur le balcon
Et je me crois avion.
 
Je m’envole les fleurs aux bras
Et sans aucun embarras.
Ensuite un corbeau marrant
Les voltiges me les apprend.
*
 
Grand’ mère et les allumettes
 
Grand’mère cachait ses rides, coquette,
Dans une certaine boîte d’allumettes
Et les mettait seulement alors
Quand lui sortaient les nerfs dehors.
 
Le p’tit fils – pas sage comme ça –
Trouva les rides, les filouta,
Se les colla au front, pardi,
Et brusquement il a vieilli !
 
Maintenant grand’mère fait la gamine,
Tandis que l’gosse est une ruine :
Les dents se les a arrachés
Et n’aime plus les contes de fées…
*
 
L’on volette
 
L’on volette de n’importe quoi,
De sabre, puce et même de doigt.
Et les boiteux, d’un pied seulement,
Le portent haut, comme un battant.
 
Nue auprès nue – lueur rayonne,
Borgne auprès borgne – font une aumône.
Ce que le borgne voit – d’un borgne auprès –
Ce n’est que la pure vérité.
 
L’on volette de pour en sus.
Les clous volètent en Jésus.
Montons comme  lui vers buts saillants
De deux saintes ailes, deux brigands.
*
 
Le dossier
 
Ma chaise à haut dossier
A un coeur vaillant et fier,
Quand me voit autour passant,
«Halte !» elle me crie, « A l’instant ! »
 
Effrayé m’assois d’écrire,
Obligé de lui obéir.
Et il y à un drôle de bruit :
Moi je grince, mais elle aussi.
*
traduit du roumain par Tudor Mirică
*
Lisez l’original en roumain :
http://wp.me/p1wz5y-m3
 

Poster un commentaire

Classé dans Marin Sorescu